FAITS DIVERS

Fête des Bleus à Rouen : quatre casseurs cités à comparaître devant le tribunal correctionnel


Mardi 17 Juillet 2018 à 11:53


Les auteurs de dégradations de magasins ont été déférés devant le magistrat du parquet de Rouen. Ils sont ressortis avec une convocation devant le tribunal correctionnel  - Illustration
Les auteurs de dégradations de magasins ont été déférés devant le magistrat du parquet de Rouen. Ils sont ressortis avec une convocation devant le tribunal correctionnel - Illustration
Quatre des dix personnes interpellées à Rouen lors des incidents qui ont éclaté le soir de la victoire des Bleus en finale de la coupe du Monde ont été déférées devant le procureur de la République de Rouen. Six d’entre elles avaient été interpellées et placées en garde à vue pour « participation à un attroupement », quatre autres pour dégradations, vol et tentatives de vol.

Dimanche, dans la soirée, des échauffourées entre des pseudo-supporters et les forces de l’ordre ont éclaté dans le centre-ville de Rouen, notamment place du Général de Gaulle, devant l’hôtel de ville. Les policiers ont dû évacuer la place où quelques milliers de supporters étaient rassemblés pour fêter la victoire de l’Equipe de France.

Dispersés à coups de grenades lacrymogènes

Un groupe d’une centaine de casseurs s’en sont pris aux policiers en jetant des projectiles dans leur direction. Ils ont également brisé les vitrines d’au moins quatre magasins et incendié des poubelles. Deux journalistes locaux ont été agressés et frappés, sans raison, si ce n’est celle qu’ils faisaient leur métier.

LIRE AUSSI : >> Journalistes blessés, magasins saccagés... La fête des Bleus ternie par des casseurs à Rouen

Le calme est revenu vers 1heure du matin, après dispersion des derniers assaillants à coup de grenades lacrymogènes.

Dix personnes ont été interpellées, dont deux mineurs âgés de 15 et 16 ans, et placées en garde à vue.

Garde à vue prolongée pour l'un des interpellés

Les auteurs des dégradations de magasins (Subway, Optic 2000 et Damart), ont été présentés à un magistrat du parquet lundi. L’un d’eux, âgé de 22 ans, mis en cause dans le bris de la vitrine du restaurant Subway (victime également de vol) s’est vu notifier une convocation devant le tribunal correctionnel.

Deux autres, dont un mineur, ont été laissés libres pour « poursuite d’enquête » et le quatrième âgé de 26 ans, soupçonné de dégradations chez Optic 2000, a été mis hors de cause.

Concernant les six interpellés pour « participation à un attroupement », trois se sont vus remettre une convocation en justice, deux ont été laissés libres dans l'attente des suites de l’enquête et le dernier a vu sa garde à vue prolongée de 24 heures. Ils sont âgés entre 20 et 30 ans.
 







FAITS DIVERS | A LA UNE | L'INFO EN CONTINU | Les Yvelines | EURE | INFO-ROUTE | ACTUALITÉS | SOCIÉTÉ | JUSTICE | LOISIRS | Contributeurs | Télévision | Horoscope | DIAPORAMA | Lu sur le Web | Vos photos | Tout savoir sur les cookies | infoServices | DOSSIERS