Seine-Maritime : le voleur des matériels multimédias était un agent de sécurité


Publié le 08/09/2019 à 10:12

Le montant du vol s’élevait à 53 000€. L’employé indélicat a été démasqué grâce à la vidéosurveillance de sa société à Oudalle. Une partie du butin a été récupérée



Un gendarme de Saint-Romain de Colbosc a reconnu sur les images vidéo l’agent de sécurité qui n’était pas autorisé à se trouver sur les lieux le jour du vol - Illustration
Un gendarme de Saint-Romain de Colbosc a reconnu sur les images vidéo l’agent de sécurité qui n’était pas autorisé à se trouver sur les lieux le jour du vol - Illustration
La perspicacité d’un gendarme de la brigade de Saint-Romain-de-Colbosc, en Seine-Maritime, a permis de démasquer un voleur. Et pas n’importe lequel : il s’agit d’un agent de sécurité au service de l’entreprise victime d’un vol de marchandises dont le préjudice est évalué à plus de 50 000€ .

Les faits se sont déroulés au sein de l’entrepôt de la société Bolloré Logistics implantée sur la zone industrielle de Oudalle. Vers la mi-août 2019, l’entreprise avait réceptionné plusieurs palettes contenant des télévisions, des amplificateurs home cinema, des casques, des chaines hifi et des dictaphones.

Lors de la préparation des marchandises en vue de leur ré-expédition, la société a constaté qu’il manquait 9 palettes à l’appel, d’une valeur de 53 000 euros HT.

Identifié sur les images vidéo

« Après une étude minutieuse des enregistrements vidéos recoupée avec les exploitations téléphoniques », révèle la gendarmerie de Seine-Maritime sur sa page Facebook, un gendarme de la brigade autonome de Saint-Romain-de-Colbosc, est parvenu à identifier le voleur de ces palettes comme étant un agent de sécurité de la société.

Ce dernier, « isolé » sur les vidéos, n'était pas autorisé à être présent sur les lieux où était stocké la marchandise dans les créneaux horaires des vols, détaille la gendarmerie.

En fait, l’employé indélicat a profité d'une faille dans la sécurité afin de charger les palettes dans son fourgon et de les cacher dans un conteneur à Octeville-sur-Mer, près du Havre.

Une partie du butin récupérée

Une grande partie du butin a été récupéré lors des perquisitions et le fourgon du mis en cause ayant servi au transport des marchandises volées a été saisi.

L’agent de sécurité a été remis en liberté à l’issue de sa garde à vue. Il est convoqué pour le 4 février prochain devant le procureur de la République du Havre pour une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité.

Au cas où il ne se présenterait pas ce jour-là, il serait jugé le 18 juin 2020 devant le tribunal correctionnel.




















AGENDA









Suivez-nous sur Facebook