SEINE-MARITIME

La Seine-Maritime en alerte pollution de l'air ce jeudi 9 avril : ce qu'il faut savoir



Publié le Jeudi 9 Avril 2020 à 12:31


Un épisode de pollution par les particules en suspension touche aujourd'hui l'ensemble du département de Seine-Maritime. La préfecture a déclenché la procédure d’information-recommandation



Des recommandations s'appliquent aux agriculteurs comme aux industriels qui sont invités à réduire leur activité autant que possible - Illustration © iStockphoto
Des recommandations s'appliquent aux agriculteurs comme aux industriels qui sont invités à réduire leur activité autant que possible - Illustration © iStockphoto
En raison des constatations et des prévisions de dégradation de la qualité de l’air ambiant, indiquant un niveau élevé de particules en suspension, la procédure d’information-recommandation a été activée par le préfet pour l’ensemble de la Seine-Maritime pour la journée de ce jeudi 9 avril.
Les explications de Atmo Normandie : « Ces particules sont de petites tailles, d'origines très variées et plus ou moins lointaines. Les conditions météorologiques (flux de Nord Est et ensoleillement) favorisent la formation et le transport dans l'atmosphère de particules dites secondaires à grande échelle. On peut citer des particules liées à l'activité agricole (notamment les épandages) et à la combustion de la biomasse (brûlage de déchets verts) avec une participation, en baisse en cette période de confinement, d'autres sources d'émissions (trafic, industries...).

Les recommandations sanitaires en pareil cas

Y compris pendant la période de confinement liée à l’épidémie de COVID-19, il convient de maintenir les pratiques habituelles de ventilation et d’aération et de ne pas aggraver les effets de cette pollution en s’exposant à des facteurs irritants supplémentaires : fumée de tabac, utilisation de solvants en espace intérieur, chauffage au bois, exposition aux pollens en saison.

Pour rappel, en application de l’état d’urgence sanitaire, les déplacements hors travail doivent demeurer brefs, dans la limite d’une heure quotidienne et dans un rayon maximal d’un kilomètre autour du domicile.

Ces déplacements peuvent être liés soit à l’activité physique individuelle des personnes, à l’exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec d’autres personnes, soit à la promenade avec les seules personnes regroupées dans un même domicile, soit aux besoins des animaux de compagnie.
 

  • Éviter les activités physiques et sportives intenses (qui obligent à respirer par la bouche) en intérieur comme en extérieur, et privilégiez les activités modérées.
  • Prendre conseil auprès de votre médecin pour savoir si votre traitement médical doit être adapté le cas échéant.
  • En cas de gêne respiratoire ou cardiaque, prendre conseil auprès d’un professionnel de santé.
  • Réduire, voire reporter, les activités physiques et sportives intenses (qui obligent à respirer par la bouche) en intérieur comme en extérieur.
  • En cas de gêne respiratoire ou cardiaque, prendre conseil auprès d’un professionnel de santé.
 

* Personnes vulnérables : femmes enceintes, nourrissons et jeunes enfants, personnes de plus de 65 ans, personnes asthmatiques,
personnes souffrant de pathologies cardiovasculaires, insuffisants cardiaques ou respiratoires.

* Personnes sensibles : personnes se reconnaissant comme sensibles lors des pics de pollution et/ou dont les symptômes apparaissent ou sont amplifiés lors des pics, par exemple les personnes diabétiques ou immunodéprimées, les personnes souffrant d’affections neurologiques ou à risque cardiaque, respiratoire, infectieux.