FAITS DIVERS

Disparition de Léo dans l'Eure : le petit garçon de 3 ans reste introuvable malgré les recherches


Dimanche 15 Avril 2018 à 17:43


Le chef d'escadron Yannick Calvez et Antoine Barat, substitut du procureur de la République ont confirmé ne disposer d'aucune piste véritable, lors d'un point presse organisé ce dimanche après-midi à Romilly-sur-Andelle  (Capture d'écran © Gendarmerie/Facebook)
Le chef d'escadron Yannick Calvez et Antoine Barat, substitut du procureur de la République ont confirmé ne disposer d'aucune piste véritable, lors d'un point presse organisé ce dimanche après-midi à Romilly-sur-Andelle (Capture d'écran © Gendarmerie/Facebook)
Une enquête judiciaire pour disparition inquiétante a été ouverte, a annoncé Antoine Barat, substitut du procureur de la République d'Evreux, moins de vingt-quatre heures après la disparition de Léo, 3 ans, à Romilly-sur-Andelle. Le petit garçon jouait dans le jardin de la maison familiale, avenue de la Gare, ce samedi 14 avril peu avant 17h30, heure à laquelle ses parents se sont aperçus qu'il n'était plus là.

Des recherches ont été rapidement lancées qui n'ont pas permis de le retrouver, malgré les moyens importants engagés par la compagnie de gendarmerie des Andelys et le service départemental d'incendie et de secours (SDIS) de l'Eure. 

« Aucune piste n'est exclue »,

Sans attendre, dès hier soir, des plongeurs des sapeurs-pompiers ont commencé à draguer la rivière en amont et en aval. Des battues ont été organisées sur les berges et dans les environs immédiats. En vain. Les recherches ont été levées à la tombée de la nuit, pour reprendre ce dimanche matin vers 8 heures.

LIRE AUSSI. > Disparition de Léo, 3 ans, à Romilly-sur-Andelle : l'hypothèse accidentelle privilégiée par les gendarmes de l'Eure

Si la noyade dans l'Andelle, dont un bras de la rivière passe à proximité de la demeure familiale, est la piste accidentelle qui semble la plus vraisemblable, « aucune piste n'est exclue », a insisté le magistrat du parquet, en détaillant les moyens mis en oeuvre pour retrouver la trace du petit Léo.

Toute la journée, une quarantaine de gendarmes ont été mobilisés, ainsi que des plongeurs (pompiers et gendarmes) qui ont fouillé une nouvelle fois l'Andelle. Un hélicoptère de la gendarmerie, équipé d'une caméra thermique, a également survolé la zone. Léo est resté introuvable. 

Le fond de la Seine va être exploré

Lors d'un point presse, ce dimanche après-midi à Romilly-sur-Andelle, le chef d'escadron Yannick Calvet, patron de la compagnie des Andelys, a expliqué que les enquêteurs n'avaient « pas de piste véritable », « pas d'éléments tangibles » à ce stade des investigations. « Nous n'avons aucun élément pour dire si Léo est vivant ou décédé ». 



De nouveaux moyens, en particulier nautiques, sont engagés : deux embarcations équipées de sonar pour explorer le fond de la Seine. L'officier de gendarmerie a en effet indiqué que les recherches allaient être étendues à la Seine, dans laquelle se jette l'Andelle. « Si le petit garçon est tombé dans l'eau, il a sûrement été saisi par le froid ».




Une cellule psychologique mise en place

En l'absence de tout témoignage, les gendarmes vont procéder à une enquête de voisinage. Le moindre indice pourrait les mettre sur une piste. C'est pourquoi, le chef d'escadron Calvet demande aux personnes de s'abstenir de faire des recherches isolées sur les berges de l'Andelle pour ne pas nuire au travail des enquêteurs, en charge d'exploiter le moindre indice, la moindre trace de l'enfant. 

Par ailleurs, la gendarmerie a indiqué que des moyens vont être mis en oeuvre pour soutenir psychologiquement la famille de Léo, ainsi que pour les parents, enfants et enseignants de l'école où le petit garçon est scolarisé.








FAITS DIVERS | A LA UNE | L'INFO EN CONTINU | Les Yvelines | EURE | INFO-ROUTE | ACTUALITÉS | SOCIÉTÉ | JUSTICE | LOISIRS | Contributeurs | Télévision | Horoscope | DIAPORAMA | Lu sur le Web | Vos photos | Tout savoir sur les cookies | infoServices | DOSSIERS