Seine-Maritime : une employée d’une boulangerie du Havre accusée d’avoir détourné 21 000€


La jeune femme a reconnu avoir puisé des sommes plus ou moins importantes dans le tiroir-caisse de son employeur pendant sept mois, entre 2019 et 2021



Par infoNormandie - Mercredi 19 Mai 2021 à 12:18


L’employée puisait régulièrement des sommes plus ou moins importantes dans la caisse - Illustration @ Pixabay
L’employée puisait régulièrement des sommes plus ou moins importantes dans la caisse - Illustration @ Pixabay
L’employée indélicate est convoquée en justice en vue d’une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité en juillet prochain.

Cette femme âgée de 29 ans a été interpellée lundi 17 mai et placée en garde à vue au commissariat central du Havre (Seine-Maritime). Elle est soupçonnée d’avoir détourné frauduleusement quelque 21 000€ à son employeur, la boulangerie Paul, rue Casimir-Perrier au Havre.

L’employeur dépose plainte

Comme ont pu l’établir les enquêteurs, les faits se sont déroulés, en deux temps : entre février et juin 2019 et entre octobre 2020 et janvier 2021.

Le responsable de la boulangerie a constaté que des sommes d’argent plus ou moins importantes étaient puisées dans la recette journalière. Il s’est alors décidé à déposer plainte auprès des services de police.

Les enquêteurs de la sûreté urbaine du Havre ont auditionné un à un les employés de la boulangerie, tout en procédant à quelques vérifications d’usage.

Elle nie les faits puis les reconnaît

Des vérifications qui vont amener à porter leurs soupçons sur une des salariées, plus particulièrement. Convoquée à l’hôtel de police le lundi 17 mai cette dernière a été interpellée et placée en garde à vue.

Lors de son audition, la suspecte a d’abord farouchement nié les faits. Mais rapidement elle a fini par reconnaître être à l’origine des détournements expliquant avoir « un gros besoin d’argent ».

L’employée a fait l’objet d’une convocation pour être jugée selon la procédure de reconnaissance préalable de culpabilité en juillet 2021. Au cas où elle ne répondrait pas à cette convocation, elle devrait se présenter en mars 2022 devant le tribunal judiciaire du Havre.

Dans cette attente, elle a été remise en liberté.