Seine-Maritime : les auteurs de deux agressions à caractère homophobe en garde à vue à Dieppe


Lundi 7 Mai 2018 à 17:55



Rue du 19 Août 1942, à Dieppe. Alexis et Nicolas ont été  victimes d'une agression homophobe dans la nuit du 4 au 5 février 2018 - Illustration © Google Maps
Rue du 19 Août 1942, à Dieppe. Alexis et Nicolas ont été victimes d'une agression homophobe dans la nuit du 4 au 5 février 2018 - Illustration © Google Maps
Quatre jeunes de 18 à 21 ans ont été interpellés et placés en garde à vue ce lundi 7 mai, par les policiers de la Sûreté urbaine du commissariat de Dieppe, en Seine-Maritime. Ils sont soupçonnés d'être les auteurs de deux agressions violentes à caractère homophobe commises à Dieppe dans la nuit du 4 au 5 février dernier.

Cette nuit-là, peu après minuit, deux hommes qui circulent à pied dans une rue du centre-ville croisent la route de quatre individus. Chacun aurait pu continuer son chemin normalement. Sauf que, dans le cas présent, le groupe de jeunes gens a emboité le pas des deux passants et les ont suivis avant de les aborder, sur un ton agressif, près de la place Saint-Rémy.

Des insultes à caractère homophobe sont proférées. Les deux hommes préfèrent ne pas répondent et continuer leur chemin. Deux individus se détachent alors du groupe et s'en prennent physiquement à eux. L'un des promeneurs, âgé de 46 ans, est projeté à terre puis roué de coups, sans motif. Les agresseurs prennent la fuite.

« Ils ne cessaient de m’insulter de pédé »

Une heure plus tard, Alexis et Nicolas, 26 et 30 ans, sont à leur tour la cible de deux individus, alors qu'ils marchent abrités sous un parapluie rue du 19 août 1942. Dans le même quartier de Dieppe.

Même scénario : insultes et menaces homophobes. Ils sont frappés. Les deux hommes parviennent à s'enfuir en courant pour tenter d'échapper à leurs agresseurs. Mais ils sont rattrapés plus loin. Nouveau déchaînement de violences : Nicolas est bousculé, jeté au sol et frappé à coups de pied et de poing au visage et sur tout le corps. 

Ces deux agressions provoquent un vif émoi à Dieppe et sur les réseaux sociaux. Une des victimes est Nicolas Bellenchombre, directeur artistique du festival du film canadien de Dieppe. Dans un entretien au magazine Têtu , il témoigne à visage découvert quelques jours plus tard :  « Je leur ai dit : prenez ce que vous voulez, mon argent, je vous laisse tout. Mais ils n’en voulaient pas. Ils ne cessaient de m’insulter de pédé. Ils m’ont dit que ce qu’ils voulaient, c’était me casser la gueule. »

Le Premier ministre réagit

Le Premier ministre, Edouard Philippe, avait réagi sur son compte Twitter : « Les agressions homophobes n’ont pas leur place dans la République française. J’adresse aux victimes tout mon soutien .» 


Un peu plus de trois mois après les faits, les investigations menées par les policiers de la Sûreté urbaine de Dieppe (ils disposaient d'un signalement précis) ont donc permis de confondre les auteurs de ces violences homophobes. Ils ont été arrêtés ce lundi matin à leur domicile respectif, à Dieppe, Neufchâtel-en-Bray et Avesnes-en-Val. L'enquête va devoir établir quel a été le rôle de chacun.  















AU FIL DES HEURES





Météo Rouen météo France Rouen

Météo Evreux météo France Evreux



AGENDA





Les infos les + lues







Suivez-nous sur Facebook