Seine-Maritime : la femme de 39 ans et sa nièce de 14 ans s'attaquaient aux personnes âgées près de Rouen


[Actualisé] - Deux fausses employées des eaux sont en garde à vue dans les locaux de la police rouennaise. Elles sont soupçonnées d'un vol et d'une tentative de vol par fausse qualité chez des personnes très âgées de Sotteville-lès-Rouen



Publié le Lundi 19 Juillet 2021 à 11:16


La police rappelle qu'il est fortement déconseillé d'ouvrir sa porte et de laisser entrer tout inconnu chez soi quel que soit le motif invoqué. En cas de doute, ne pas hésiter à composer le 17 (Police secours) - Illustration © Adobe Stock
La police rappelle qu'il est fortement déconseillé d'ouvrir sa porte et de laisser entrer tout inconnu chez soi quel que soit le motif invoqué. En cas de doute, ne pas hésiter à composer le 17 (Police secours) - Illustration © Adobe Stock
Une femme de39 ans et sa nièce de 14 ans sont en garde à vue ce lundi matin à l'hôtel de police de Rouen (Seine-Maritime). Elles sont soupçonnées d'un vol et d'une tentative de vol par fausse qualité au préjudice de personnes très âgées, à Sotteville-lès-Rouen.

Les faits en question ont été commis ce dimanche 18 juillet, en fin d'après-midi. Deux femmes, dont une adolescente, se sont présentées au domicile d'une femme âgée de 98 ans. Elles ont prétexté être agents des eaux et venir vérifier la robinetterie.

► « Je vais appeler la police »

Peu méfiante, la nonagénaire leur a ouvert sa porte et les a fait entrer. Profitant sans doute d'un moment d'inattention de la vieille dame, les usurpatrices ont fait main basse sur le sac à main avec lequel elles sont reparties.

Les faits ont failli se répéter quelques minutes plus tard au domicile d'une autre personne âgée de Sotteville. Mêmes femmes, même mode opératoire. Cette fois, plus méfiante, la victime a refusé de les laisser entrer : « Je vais appeler la police », a-t-elle menacé . Les deux femmes n'ont pas insisté et ont pris la fuite. 

► Elles nient les faits

Grâce à la description vestimentaire et physique de ces fausses employées des eaux, les policiers ont pu identifier et interpeller les deux femmes issues de la communauté des gens du voyage installée chemin du Halage à Sotteville-lès-Rouen.

Lors de leurs auditions en garde à vue, les mises en cause ont farouchement nié les faits malgré qu’elles ont été formellement reconnues pa les victimes et identifiées par la vidéosurveillance.


► D'autres vols similaires non élucidés

Rien n’a cependant permis aux enquêteurs de les impliquer dans d'autres vols par fausse qualité commis chez des personnes âgées ces dernières semaines dans l'agglomération rouennaise.

Les deux femmes ont été remises en liberté. La plus âgée est convoquée devant le tribunal judiciaire de Rouen pour le 25 novembre 2021. L’adolescente devra se présenter le 15 septembre prochain à la permanence éducation du tribunal pour enfants.