« Parachutages » à la maison d'arrêt d'Evreux : deux adolescents interpellés


Mardi 5 Février 2019 à 08:12

Deux jeunes de 15 et 17 ans sont convoqués devant un juge des enfants. Ils ont été surpris ce week-end en train de balancer des marchandises interdites dans la cour de la prison



La police a renforcé sa surveillance aux abords de la maison d'arrêt - Illustration © infonormandie
La police a renforcé sa surveillance aux abords de la maison d'arrêt - Illustration © infonormandie
Les « parachutages » sont devenus un phénomène récurrent à la maison d'arrêt d'Evreux, dans l'Eure. Ils consistent à balancer des chaussettes contenant des objets les plus divers - allant du produit alimentaire au téléphone, en passant par la drogue - par-dessus le mur d'enceinte de la prison.

Deux jeunes gens se sont fait prendre ce week-end dans cet exercice qui n'est pas sans risque, d'autant que la police redouble de vigilance depuis plusieurs mois.

Le premier, âgé de 15 ans, a été interpellé en flagrant délit par la brigade anti-criminalité. Les policiers l'ont aperçu samedi 2 février, vers 16h30, en train de parachuter des objets dans la cour de l'établissement. Sur lui, le jeune homme avait une chaussette avec à l'intérieur un téléphone, un chargeur et un paquet de cigarettes. Il a reconnu que cette « chaussette » était destinée à un détenu dont il tenu à garder secret le nom.

L'adolescent a été placé en garde à vue. Il s'est vu délivrer une convocation par officier de police judiciaire devant le tribunal correctionnel pour enfants pour le 11 avril prochain.

Dans le sac, des denrées alimentaires

Même scénario le lendemain. Vers 16 heures, l'attention d'une patrouille du groupe de sécurité de proximité (GSP) est attirée par trois individus à proximité de la prison. L'un d'eux lance un sac par-dessus le mur. Il est interpellé immédiatement. Il s'agit d'un adolescent de 17 ans originaire d'Epernon (Eure-et-Loir).

Récupéré par le personnel de la maison d'arrêt, il s'avère que le sac contenait uniquement des denrées alimentaires

Le jeune homme a été remis à son civilement responsable. Il devra répondre le 3 juin prochain à une convocation du juge des enfants du tribunal de grande instance de Chartres, en vue d'une "réparation pénale".
 
 



















AGENDA










Suivez-nous sur Facebook