FAITS DIVERS

Elevage clandestin dans l'Eure : les chiens vivaient dans des « conditions déplorables »


Mardi 27 Février 2018 à 18:15

Une quinzaine de chiens, dont des chiots, vivaient dans des conditions d'hygiène déplorables chez un habitant de l'Eure. Le propriétaire, qui élevait ces animaux en toute illégalité probablement pour en faire le commerce, a été placé en garde à vue à la gendarmerie de Bernay.


Des chiots ont été pris en charge par la Fondation Brigitte Bardot afin d'être examinés par un vétérinaire (Photo © Fondation Brigitte Bardot / Twitter)
Des chiots ont été pris en charge par la Fondation Brigitte Bardot afin d'être examinés par un vétérinaire (Photo © Fondation Brigitte Bardot / Twitter)
La gendarmerie est intervenue ce mardi après-midi au domicile d'un jeune habitant de Saint-Aubin-le-Vertueux, près de Bernay dans l'Eure, qui élevait des chiens de catégories 1 et 2 en toute illégalité. Un responsable de la Fondation Brigitte Bardot accompagnait les gendarmes de Bernay, l'association de défense des animaux ayant été saisie de plusieurs plaintes pour mauvais traitement et suspicion de trafic pour des combats de chiens. 

A leur arrivée, en début d'après-midi, les forces de l'ordre ont été prises à partie par le propriétaire des lieux, âgé de 25 ans, qui entendait s'opposer fermement au placement de ses chiens, des American Staffordshire de catégorie 1 et 2. Il a été maîtrisé et interpellé par les gendarmes de Bernay renforcés par ceux du peloton de surveillance et d'intervention (PSIG) et un maître chien. Le jeune homme a été placé en garde à vue pour rebellion et violences sur personne dépositaire de l'autorité publique.


Des cadavres de chats à moitié calcinés

Dans la propriété, les membres de la Fondation Brigitte Bardot ont constaté la présence de 5 chiens et de 8 chiots qui vivaient, selon une source proche de l'enquête, dans « des conditions d'hygiène déplorables ». Dans la maison, des excréments jonchaient le sol, y compris dans la baignoire.

Des cadavres à moitié calcinés d'au moins cinq chats décapités ont par ailleurs été découverts par les gendarmes qui ont relevé plusieurs infractions et ouvert une enquête pour détention et reproduction illégales de chiens de 1ère et 2e catégories. Ils suspectent le jeune homme de se livrer au commerce de ces chiens sur internet.

Les animaux ont été récupérés par l'association de Brigitte Bardot et placés dans un refuge afin d'être examinés par un vétérinaire. 









FAITS DIVERS | A LA UNE | L'INFO EN CONTINU | Les Yvelines | EURE | INFO-ROUTE | ACTUALITÉS | SOCIÉTÉ | JUSTICE | LOISIRS | Contributeurs | Télévision | Horoscope | DIAPORAMA | Lu sur le Web | Vos photos | Tout savoir sur les cookies | infoServices | DOSSIERS | Vite Lu