ELECTIONS MUNICIPALES 2020


Elections municipales : le « mal-Eure » du grand écart centriste



Par le 20/11/2019 à 15:37

Coup de projecteur sur deux villes de l'Eure - Evreux et Louviers - dans le cadre de la préparation des élections municipales qui auront lieu les 15 et 20 mars 2020



Illustration
Illustration
Pas facile de lire dans la mare de café centriste à l’approche des municipales de mars prochain! Dans l’Eure comme sur l’ensemble du territoire où les alliances se font et se défont en fonction des circonstances locales. Un coup à gauche, un coup avec le parti présidentiel et un coup avec les « Républicains ». Trois directions pour le prix d’une.

Ainsi à Evreux, où les élus MoDEM de l’actuelle municipalité entendent bien rempiler avec le maire « républicain » Guy Lefrand, alors que, belle complexité, le parti de François Bayrou semble soutenir en même temps la liste menée par le macroniste Guillaume Rouger.

La présidente historique de ce parti dans l’Eure, Danielle Jeanne, dont on se souvient le peu d’affinités avec un précédent maire de même obédience, affirme que le bureau national ne s’est pas encore prononcé. « Dans l’immédiat, précise-t-elle, on ne peut pas reprocher à Guy Lefrand d’avoir mal travaillé pour sa ville ». C’est ce qu’on appelle mettre les œufs dans plusieurs paniers. Il ne faut jamais insulter l’avenir.

A Louviers, la valse hésitation

A Louviers, la situation est un peu moins complexe au niveau du MoDEM où le tandem formé du maire sortant, François Xavier Priollaud et Anne Terlez, conduira une liste de « large rassemblement » sans le soutien néanmoins (jusqu’alors) du député de la circonscription, Bruno Questel et des troupes locales de LaREM.

Est-ce vraiment étonnant dans la mesure où le parlementaire, anciennement radical de gauche, a succédé à l’ancien député socialiste, François Loncle, aujourd’hui converti au macronisme. Pas facile de s’y retrouver. Ira-t-il jusqu’à soutenir l’une des listes de gauche ?

Le maire de Louviers se serait bien passé de cette « pudeur de gazelle » du parlementaire LaREM alors qu’il se voit reproché ces derniers jours d’avoir autorisé le tournage dans l’un des quartiers de la cité de plusieurs séquences d’un groupe de rap « 13 Block », pas vraiment du goût des policiers et du ministre de l’Intérieur.

Les temps sont vraiment durs pour nos édiles.  Quand ça ne veut pas, ça ne veut pas…
Fabrice Lemesle