Assassinat de Farid Akli à Saint-Pierre-lès-Elbeuf : l'auteur présumé mis en examen et écroué



Publié le 28/09/2014 à 10:31



L'auteur présumé des coups de couteau qui ont tué Farid Akli a été placé en détention provisoire ce samedi soir (Photo d'illustration)
L'auteur présumé des coups de couteau qui ont tué Farid Akli a été placé en détention provisoire ce samedi soir (Photo d'illustration)
L'auteur présumé des coups de couteau qui ont coûté la vie à Farid Akli, 40 ans, a été mis en examen samedi soir pour homicide volontaire avec préméditation, autrement dit assassinat, et placé en détention provisoire par le juge des libertés et de la détention (JLD).

Les investigations policières auraient permis d'établir les circonstances dans lesquelles Farid Akli a été tué de plus d'une dizaine de coups de couteau quelques jours avant la découverte de son corps, mercredi 24 septembre un peu avant avant 20 heures dans son appartement de la résidence de l'Oison à Saint-Pierre-lès-Elbeuf.

Une dette de stupéfiants

"Nous n'avons pas encore suffisamment d'éléments pour préciser le mobile de ce meurtre", estime le parquet de Rouen. "Ce qui est certain, il y avait une dette de stupéfiants entre les deux hommes", indique à infoNormandie.com le procureur de la République adjoint, qui a ouvert une information judiciaire pour assassinat.

Une autopsie a été pratiquée vendredi matin à l'institut médico-légal de Rouen. Mais aucune information n'a filtré quant aux résultats. Farid Akli a reçu plus d'une dizaine de coups de couteau. Des plaies apparentes ont été constatées au niveau du crâne et du cou, mais aussi aux mains et avant-bras. Il est clair que ces blessures sont caractéristiques de traces de défense.

La thèse de l'assassinat

La victime connaissait son meurtrier. Il lui avait probablement ouvert la porte de son petit appartement du rez-de-chaussée. Alors la fenêtre ouverte derrière le rideau rabattu était-elle une mise en scène pour laisser croire à un cambriolage qui aurait mal tourné ?

Les faits remonteraient à la fin du week-end précédent. Le médecin légiste avait, dans un premier temps, daté la mort du quadragénaire au lundi 22 septembre. Le corps ensanglanté de Farid Akli a été découvert le mercredi suivant un peu avant 20 heures par un ami qui s'inquiétait de ne plus avoir de ses nouvelles depuis plusieurs jours.

Des éléments retrouvés sur la scène de crime accréditaient la thèse de l'assassinat. La victime avait-elle reçu des menaces de mort ? Le téléphone portable du quadragénaire, dont le contenu a été exploité par les enquêteurs, recélait peut-être des informations suffisamment explicites pour amener le magistrat du parquet de Rouen à ouvrir une information pour assassinat.












L'info en live
L'info en live le 16/10/2019

Vacances de la Toussaint : Bison futé voit du vert partout sur les routes

Pour ce premier week-end des vacances de la Toussaint, c’est seulement le vendredi 18 octobre que les départs seront véritablement importants, aux...

L'info en live le 16/10/2019

Feu de chambre à Angerville-la-Campagne : une fillette légèrement intoxiquée

Les sapeurs-pompiers de l’Eure sont intervenus, mardi 15 octobre, vers 16h30 rue des Bleuets à Angerville-la-Campagne, près d’Évreux, où un...

L'info en live le 13/10/2019

Un pavillon embrasé à Boos (Seine-Maritime), deux personnes intoxiquées

Deux des trois occupants d'un pavillon ont été transportés au CHU de Rouen, légèrement intoxiqués dans l'incendie de leur pavillon square des...








AGENDA









Suivez-nous sur Facebook