Pour suivre infoNormandie
Facebook
Twitter
Threads
Mastodon
Newsletter


Fausse alerte à la bombe ce matin au lycée Val de Seine à Grand-Quevilly, la troisième en quinze jours


Ce lundi matin, le lycée Val de Seine à Grand-Quevilly a fait l'objet d'une menace d'attentat. C'est le troisième établissement scolaire de la métropole de Rouen à être ainsi visé par des alertes à la bombe en moins de quinze jours.



Publié le 04/12/2023 à 11:48,



Les élèves, enseignants ainsi que le personnel administratif de l'étabvlisssement ont été évacués le temps de procéder à une levée de doute - Illustration © Google Maps
Les élèves, enseignants ainsi que le personnel administratif de l'étabvlisssement ont été évacués le temps de procéder à une levée de doute - Illustration © Google Maps
Le lycée du Val de Seine à Grand-Quevilly, en Seine-Maritime, a été évacué ce lundi 4 décembre. Peu avant 9 h 30, la direction de l'établissement a reçu un message pour le moins inquiétant faisant état d'une alerte à la bombe. La totalité des 1500 élèves, des 150 enseignants et autres personnels, a été invité à quitter le lycée pour se rassembler dans un lieu sûr, le temps pour les forces de l'ordre de procéder à l'inspection des locaux. 

Ces vérifications n'ont pas permis de découvrir le moindre objet suspect. La levée de doute terminée, les lycées et les enseignants ont pu réintégrer en toute sécurité les salles de classes, vers 11h30.

Une enquête a été ouverte par les services de police, afin d'identifier l'auteur de cette fausse alerte. 

D'autres fausses alertes

Deux autres établissements scolaires de la métropole de Rouen avaient été visés, il y a une dizaine de jours, par de fausses alertes à la bombe.

Le 21 novembre, le lycée Blaise Pascal, rue des Emmurées à Rouen avait été totalement évacué, en milieu de matinée. Deux jours après, c'était le collège Émile-Zola, rue Alexandre-Ribot à Sotteville-lès-Rouen avait reçu un appel signalant la présence d’un engin explosif à l’intérieur de l’établissement. Dans les deux cas, il s'agissait de fausses alertes. 

Les auteurs d'alerte à la bombe encourent jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 30 000 € d'amende.






              


-----------------------------





QR Code pour télécharger l'application infoNormandie