FAITS DIVERS

Eure : les braqueurs de deux boulangeries, près de Gisors, démasqués par les gendarmes


Jeudi 31 Août 2017 à 18:43


Les braqueurs de deux boulangeries de la région de Gisors, dans l'Eure, ont été arrêtés par les gendarmes de la compagnie des Andelys. Deux d'entre eux, majeurs, ont été incarcérés ce soir. Ils seront jugés ce vendredi en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel d'Évreux.
 
Une soixantaine de gendarmes de la compagnie des Andelys et des pelotons de sécurité et de protection sont intervenus simultanément mardi matin dans l'Eure et dans la Marne (Illustration ©Gendarmerie/Facebook)
Une soixantaine de gendarmes de la compagnie des Andelys et des pelotons de sécurité et de protection sont intervenus simultanément mardi matin dans l'Eure et dans la Marne (Illustration ©Gendarmerie/Facebook)

Enquête rondement menée. L'équipe de jeunes malfaiteurs qui ont braqué deux boulangeries, à Vesly le 18 août et une autre à Dangu le lendemain ont été identifiés, interpellés et déférés devant la justice ce jeudi 31 août.

Les gendarmes de la compagnie des Andelys enquêtaient sur deux braquages dont tout indiquait qu'ils avaient commis par la même équipe. La description des auteurs et le mode opératoire utilisé ne laissaient pas de place au doute.

Ils s'emparent de la caisse-enregistreuse

Les faits.  Le matin du 18 août, deux hommes cagoulés font irruption dans la boulangerie de Vesly. A cet instant, la vendeuse est dans l'arrière boutique. Les deux individus en profitent pour emporter la caisse-enregistreuse et disparaissent à bord d'un véhicule de petite cylindrée.

Pas de répit pour les gendarmes qui démarrent leurs investigations. Le lendemain, en effet, ils sont appelés à intervenir à Dangu. La boulangerie de cette commune voisine de Vesly vient de connaître le même sort. Même heure et même mode opératoire : deux hommes cagoulés, dont un muni d'une arme de poing, dérobent la caisse-enregistreuse sous la menace. Les braqueurs prennent la fuite en voiture au volant de laquelle les attend probablement un complice. Le plan de recherche immédiat déployé ne permet pas de retrouver les malfaiteurs.

Interpellés par une soixantaine de gendarmes

Les enquêteurs de la brigade de recherche (BR) chargés des investigations ne ménagent pas leurs efforts : audition des victimes, enquête de voisinage, exploitation de la téléphonie... ils ne tardent pas à remonter la piste de quatre suspects. Ces derniers sont placés sous surveillance et les éléments recueillis alors permettent de les confondre définitivement. Reste à les interpeller.

Mardi 29 août, à 6 heures, une soixantaine de gendarmes de l'Eure renforcés par des militaires des Pelotons de sécurité et de protection (PSPG) de Paluel (Seine-Maritime) et de Nogent-sur-Seine (Aube) se déploient simultanément à Bézu-Saint-Eloi dans l'Eure et à Vertus dans la Marne. C'est dans ces deux communes distantes de 240 kilomètres que se terrent les malfaiteurs recherchés. L'un d'eux, jeune majeur de 18 ans, est interpellé à Bézu-Saint-Éloi, les trois autres, un homme de 21 ans et deux adolescents de 15 et 17 ans, sont appréhendés à Vertus.

Braquages, cambriolages, vols à leur palmarès

L'équipe est placée en garde à vue. Les auditions des suspects et les perquisitions permettent de confirmer les éléments d'enquête rassemblés par les gendarmes. Les jeunes gens sont ainsi mis en cause dans les braquages des deux boulangeries, et une série de méfaits commis dans la région de Gisors, notamment trois cambriolages, un vol à la roulotte, une tentative de vol de véhicule et le vol d'un jeu de plaques d'immatriculation.

Sur l'un des individus, les gendarmes ont découvert une barrette d'une quinzaine de grammes de résine de cannabis.

Les deux majeurs ont été déférés ce jeudi devant le procureur de la République d'Évreux, qui leur a notifié leur placement en détention provisoire dans l'attente de leur jugement en comparution immédiate ce vendredi (*).

Les deux mineurs ont été mis en examen par un juge des enfants du tribunal de grande instance de Châlons-en-Champagne (Marne) et remis en liberté sous contrôle judiciaire.

[Dernière heure*] Les deux hommes ont demandé un délai afin de préparer leur défense. Le tribunal a reporté leur procès au 28 septembre prochain. Dans l'attente il reste en détention provisoire.








FAITS DIVERS | A LA UNE | L'INFO EN CONTINU | Les Yvelines | EURE | INFO-ROUTE | ACTUALITÉS | SOCIÉTÉ | JUSTICE | LOISIRS | Contributeurs | Télévision | Horoscope | DIAPORAMA | Lu sur le Web | Vos photos | Tout savoir sur les cookies | infoServices | DOSSIERS