Rave party près de Rouen : la police évacue les teufeurs et saisit le matériel de sonorisation


Publié le 13/12/2021 à 10:54 - mis à jour le 13/12 - 12:52

Quelque 300 personnes ont participé dans la nuit de samedi à dimanche à une rave party organisée dans deux hangars désaffectés à Notre-de-Dame-de-Bondeville. Une jeune femme, victime d'un malaise, a été conduite au CHU de Rouen




La fête illégale a rassemblé au moins trois-cents personnes dans deux hangars désaffectés  - Illustration © Adobe Stock
La fête illégale a rassemblé au moins trois-cents personnes dans deux hangars désaffectés - Illustration © Adobe Stock
Les forces de l'ordre sont intervenues dimanche matin vers 10 heures à Notre-Dame-de-Bondeville (Seine-Maritime) pour faire cesser une rave-party qui a rassemblé dans la nuit 300 personnes environ, venues de la Seine-Maritime, de l'Eure et de la région parisienne, via une invitation lancée sur les réseaux sociaux.

Au milieu de la nuit de samedi à dimanche, l'attention de riverains d'anciens hangars désaffectés, rue de l'Abbaye, a été attirée par un très fort bruit de musique et le va-et-vient de voitures. Les faits ont été signalés notamment par la maire de la commune, aux services de police qui ont dépêché sur place plusieurs patrouilles.


Les hangars évacués par la police

A leur arrivée, les gardiens de la paix ont constaté en effet la  présence de plusieurs dizaines de fêtards, dont certains alcoolisés, tant à l'extérieur qu'à l'intérieur de deux hangars désaffectés, acquis  il y a quelques mois par un nouveau propriétaire.

Par sécurité, en raison de la nuit et des risques de dérapage toujours à craindre avec l'alcoolisation des participants, les forces de l'ordre n'ont pas reçu l'ordre d'intervenir immédiatement. Ils sont restés à l'écart. Ce n'est que le lendemain matin, vers 10 heures, que la décision a été prise avec l'accord du directeur de cabinet du préfet, présent sur place, de faire évacuer les lieux. Une évacuation « dans le calme total », selon une source policière, des quelque 150 teuffeurs qui étaient toujours là. 

Une jeune femme victime d'un malaise

Enceintes,  groupes électrogènes, platines, tables de mixage ... L'ensemble du matériel de sonorisation a été saisi par les forces de l'ordre - Illustration © Adobe Stock
Enceintes, groupes électrogènes, platines, tables de mixage ... L'ensemble du matériel de sonorisation a été saisi par les forces de l'ordre - Illustration © Adobe Stock
Le matériel de sonorisation, à savoir  25 méga enceintes, 5 groupes électrogènes, des tables de mixage et des platines ainsi que les câbles, a été saisi avec l'autorisation du magistrat de permanence au parquet de Rouen. Il n'y a pas eu d'interpellation à proprement parler, mais les conducteurs des fourgons utilisés pour transporter le matériel ont été contrôlés. Ils seront convoqués ultérieurement pour être entendus.

Lors de l'opération de police, une jeune femme, alcoolisée et ayant absorbé de la kétamine (un anesthésique) a fait un malaise. Elle a été prise en charge par une équipe de la sécurité civile avant d'être transportée par les sapeurs-pompiers au CHU de Rouen. 

Une enquête a été ouverte afin d'identifier les organisateurs de cette rave party. Le propriétaire des hangars dont la chaine et le cadenas de la clôture, ont été fracturés a déposé plainte. 


              










- Publicité



Publicité









Publicité


Qui sont les quinze députés élus en Seine-Maritime et dans l'Eure. Ils sont ici