FAITS DIVERS

Un jeune handicapé victime d'actes de torture et de barbarie : 13 suspects en garde à vue à Bolbec


Mercredi 10 Janvier 2018 à 11:10

La victime, qualifiée de très vulnérable, est âgée de 19 ans. Ses bourreaux présumés ont, eux, entre 15 et 19 ans. Neuf d'entre eux sont toujours en garde à vue ce mercredi soir au commissariat de Bolbec.


Les auteurs des faits, 13 jeunes hommes âgés de 15 à 19 ans, étaient toujours en garde à vue ce matin au commissariat de Bolbec (Illustration © Google Maps)
Les auteurs des faits, 13 jeunes hommes âgés de 15 à 19 ans, étaient toujours en garde à vue ce matin au commissariat de Bolbec (Illustration © Google Maps)
Neuf des treize jeunes gens, âgés entre 15 et 19 ans, interpellés hier, sont toujours en garde à vue ce mercredi soir dans les locaux du commissariat de Bolbec-Lillebonne (Seine-Maritime). Ils sont entendus dans le cadre d'une sombre affaire de séquestration, accompagnée d'actes de torture et de barbarie. La victime est un jeune homme handicapé mental, domicilié à Bolbec.

Les faits remontent au mois de novembre dernier. Ils ont duré jusqu'en décembre. Pour une raison que l'enquête va devoir éclaircir, plusieurs connaissances de la victime ont enfermé chez lui le jeune homme, âgé de 19 ans, lui faisant subir toutes sortes de violences physiques et psychologiques : brûlures de cigarettes et avec une lame chauffée à blanc. Ils seraient même allés jusqu'à l'enfermer dans le réfrigérateur .

Des faits qui relèvent de la cour d'assises

La victime a finalement réussi à échapper à ses bourreaux qui ont été rapidement identifiés et interpellés par les enquêteurs de la sûreté urbaine de Bolbec, hier mardi. Huit infractions, dont certaines pour le moins très graves, sont pour l'heure retenues à leur encontre. Ces faits, s'ils sont avérés, relèvent de la cour d'assises et sont punis de 20 ans de réclusion criminelle.

Un 14e individu est recherché par les policiers. Cet homme de 36 ans, aurait participé "ponctuellement" aux faits mais son rôle dans l'affaire "serait bien moindre", selon nos informations. 

Déférés jeudi matin au palais de justice du Havre

Ce soir, le procureur de la République du Havre, François Gosselin, a confirmé à infoNormandie  la prolongation jusqu'à demain matin de la garde à vue de neuf des treize interpellés. Ils devraient pour la plupart, en fonction du degré de participation aux faits, être déférés ce jeudi matin au palais de justice en vue de leur mise en examen, après l'ouverture d'une information judiciaire.

Le procureur attend les résultats d'autres investigations policières, en particulier l'exploitation des smartphones qui auraient servi à filmer certaines scènes de violences.

«  Le supplice d’un jeune handicapé mental, séquestré et torturé pendant des semaines. Tolérance Zero pour ces actes ignobles. Je vais suivre l’affaire de près », a réagi dans la soirée Sophie Cluzel, secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargée des personnes handicapées, sur son compte Twitter.








FAITS DIVERS | A LA UNE | L'INFO EN CONTINU | Les Yvelines | EURE | INFO-ROUTE | ACTUALITÉS | SOCIÉTÉ | JUSTICE | LOISIRS | Contributeurs | Télévision | Horoscope | DIAPORAMA | Lu sur le Web | Vos photos | Tout savoir sur les cookies | infoServices | DOSSIERS | Vite Lu