FAITS DIVERS

Soupçonné des attaques à Pacy-sur-Eure et Yerville : le gang des bureaux de poste derrière les barreaux


Vendredi 9 Mars 2018 à 20:14

Six malfaiteurs soupçonnés d'être les auteurs d'attaques de bureaux de poste à Pacy-sur-Eure (Eure) et à Gournay-en-Bray et Yerville (Seine-Maritime) sont sous les verrous. Ils ont été mis en examen ce vendredi soir par un juge de Versailles (Yvelines) pour vols en bande organisée et association de malfaiteurs. Le montant du préjudice est évalué à 400 000 euros.


Le bureau de poste de Pacy-sur-Eure a été attaqué dans la nuit du 14 au 15 décembre 2017 (Photo © infoNormandie)
Le bureau de poste de Pacy-sur-Eure a été attaqué dans la nuit du 14 au 15 décembre 2017 (Photo © infoNormandie)
Le commando, composé de membres de la même famille de gens du voyage, âgés de 22 à 44 ans, était dans le collimateur des gendarmes depuis quelques semaines déjà. Les enquêteurs de la Section de recherche de Versailles et de l'Office central de lutte contre la délinquance itinérante avaient rassemblé pas mal d'éléments, persuadés que toutes ces attaques de bureaux de poste et de bureaux de tabac, commises dans l'Eure, la Seine-Maritime, la Sarthe et les Yvelines, étaient l'oeuvre d'une seule et même équipe. Restait alors à l'identifier et à la localiser. Mais surtout à la confondre.

A Pacy-sur-Eure, le coffre attaqué à l'explosif

Une BMW volée repérée en novembre dernier sur un parking de Vétheuil, dans le Val d'Oise, a servi de fil conducteur aux gendarmes versaillais. Cette berline allemande avait servi de voiture-bélier dans l'attaque, en pleine nuit, d'un bureau de tabac de Freneuse, près de Bonnières-sur-Seine (Yvelines).
LIRE AUSSI. > Des malfaiteurs attaquent en pleine nuit la Poste de Pacy-sur-Eure et emportent un coffre-fort
Le véhicule est alors placé sous surveillance grâce à des moyens techniques spécifiques (balise de géolocalisation). Les enquêteurs retrouvent sa trace à Pacy-sur-Eure (Eure) dans la nuit du 14 au 15 décembre dernier. Cette nuit-là, le bureau de poste de la ville est la cible d'un "commando" qui s'attaque à un coffre-fort, à l'aide d'une petite charge d'explosif (un mélange gazeux). Les dégâts sont très importants. 

Des investigations techniques et scientifiques sont réalisées par la cellule d'identification criminelle (CIC) d'Evreux.

La Poste de Yerville ciblée en Seine-Maritime

Dans la même période, plusieurs bureaux de tabac de l'Eure sont attaqués à la voiture-bélier. A chaque fois, le préjudice est important. La gendarmerie s'agace et renforce la surveillance nocturne, sans parvenir à mettre la main sur les auteurs.

En Seine-Maritime, c'est aussi le bureau de poste de Gournay-en-Bray, qui est aussi victime d'un cambriolage. Puis, plus récemment, celui de Yerville, dans le pays de Caux.
LIRE AUSSI.Un commando arrache le coffre-fort de la Poste de Yerville et disparaît
Il est 3 heures du matin cette nuit du 12 au 13 février dernier, quand plusieurs individus encagoulés arrachent à l'aide d'un câble métallique la grille de protection de la Poste, située en centre-ville de Yerville. Les malfaiteurs pénètrent à l'intérieur des locaux et, sans se soucier de l'alarme qui s'est déclenchée, arrachent le coffre-fort avec un filin d'acier, le chargent dans un véhicule et prennent la fuite. 

Le coup de filet mobilise 150 gendarmes

Le travail de fourmi des enquêteurs, aidés grâce aux « surveillances techniques » notamment, permet d'orienter les recherches sur une famille de la communauté de gens du voyage. Six individus sont ainsi plus particulièrement ciblés du fait de leur passé judiciaire.

Aussi, à Versailles, dans les bureaux de la section de recherche, une opération judiciaire se prépare. Et, mardi dernier, au petit matin, 150 gendarmes, dont ceux de plusieurs pelotons de surveillance et d'intervention (PSIG) de l'Eure, appuyés par les hommes du GIGN, sont déployés au même moment dans les Yvelines, l'Eure et le Val d'Oise. Leur objectif : interpeller les malfaiteurs présumés. Mission accomplie.

400 000 euros de préjudice

Dix personnes sont interpellées, toutes membres de la même famille. Parmi elles six hommes sont alors placés en garde à vue. Longuement interrogés, pendant plus de 48 heures, sur la dizaine de faits qui leurs sont imputés et qui représentent un préjudice de 400 000 euros, les mis en cause se murent dans le silence le plus total.

Les six principaux suspects ont été déférés au parquet de Versailles et mis en examen pour vol en bande organisée et association de malfaiteurs. Ils ont été écroués.

Une information judiciaire a été ouverte. Elle va permettre aux gendarmes de poursuivre leurs investigations sur commission rogatoire.







FAITS DIVERS | A LA UNE | L'INFO EN CONTINU | Les Yvelines | EURE | INFO-ROUTE | ACTUALITÉS | SOCIÉTÉ | JUSTICE | LOISIRS | Contributeurs | Télévision | Horoscope | DIAPORAMA | Lu sur le Web | Vos photos | Tout savoir sur les cookies | infoServices | DOSSIERS