Seine-Maritime : une épicerie et une boulangerie braquées par le même malfaiteur à Caudebec-lès-Elbeuf


Publié le Lundi 15 Novembre 2021 à 11:25

Deux commerçants du centre-ville de Caudebec-lès-Elbeuf ont été victimes dimanche soir d'un vol à main armée. Le braqueur ayant fait chou blanc chez l'épicier s'en est pris ensuite à une boulangerie voisine. Il est activement recherché



Le braqueur a d'abord tenté de dérober la caisse de l'épicerier avant de s'en prendre à une boulangerie voisine - Illustration
Le braqueur a d'abord tenté de dérober la caisse de l'épicerier avant de s'en prendre à une boulangerie voisine - Illustration
La sûreté départementale de Seine-Maritime recherche activement l’auteur d’une tentative de braquage dans une épicerie et d’un vol à main armée dans une boulangerie.

Les faits se sont déroulés hier, dimanche 14 novembre, en fin de journée, à Caudebec-lès-Elbeuf. Un peu après 19 heures, un homme a fait irruption dans une épicerie de la rue de la République. Armé d’une arme de poing, l'individu porte une capuche, des gants et a le visage caché par un masque sanitaire. Il se dirige vers le gérant et le menace avec son arme tout en réclamant le contenu du tiroir-caisse qui contient quelques pièces de monnaie uniquement.

Refusant de donner l’argent, l'épicier reçoit alors un violent coup de poing au niveau de la tête. Le braqueur n’insiste pas et prend la fuite à pied sans rien dérober.

Bredouille, il attaque la boulangerie voisine

Le malfaiteur ne désarme pas pour autant. Quelques dizaines de mètres plus loin, dans la même rue, il s’attaque à une boulangerie. Il menace avec son arme la vendeuse. Un autre employé témoin du braquage préfère s’enfermer dans le fournil. Apeurée, la vendeuse finit par remettre le contenu de la caisse, soit quelques centaines d’euros, au malfaiteur qui s’enfuit à pied.

Bien que fortement choquée, la boulangère, âgée de 26 ans, prévient immédiatement la police. Des recherches ont entreprises dans le secteur, mais elles ne permettent pas de retrouver le braqueur. 

Une enquête a été ouverte et des constatations de police technique et scientifique ont été confiées au service d'identité judiciaire de la Police judiciaire. 




              























Publicité