Seine-Maritime : l'auteur de sept cambriolages dans des garages à Darnétal rattrapé par son ADN


Du sang retrouvé sur un morceau de papier dans une des caves fracturées a permis d'identifier le présumé cambrioleur près de trois mois après les faits



Par infoNormandie - Mercredi 4 Août 2021 à 18:06


Le suspect a reconnu le cambriolage de sept garages dans la nuit du 13 au 14 avril dernier - Illustration © Adobe Stock
Le suspect a reconnu le cambriolage de sept garages dans la nuit du 13 au 14 avril dernier - Illustration © Adobe Stock
Un cambrioleur a pu être identifié grâce à son empreinte génétique (Adn). Il a été interpellé il y a quelques jours par les policiers du groupe "cambriolage" de la Sûreté départementale.

Cet homme de 28 ans qui vit dans un foyer à Rouen a reconnu, lors de sa garde à vue, être entré dans plusieurs garages de la rue de l'Eglise à Darnétal au cours de la nuit du 13 au 14 avril dernier. 

► Sept garages fracturés la même nuit

De fait, cette nuit-là, les portes de sept garages de particuliers ont été fracturées. Dans deux d'entre eux, les victimes ont constaté que divers objets avaient disparu.

Sur place, les policiers ont découvert un morceau de papier absorbant tâché de sang. Un élément capital puisque soumis à l'analyse du laboratoire de la police nationale, cette trace de sang a permis de remonter jusqu'au présumé cambrioleur, un rouennais "très défavorablement connu" des services de police pour avoir été impliqué par le passé dans des affaires de dégradations, de vols et de violences.

► Des complices dont il ne connaît pas les noms...

Convoqué par les enquêteurs, le suspect a été interpellé à son arrivée à l'hôtel de police le 28 juillet, et placé en garde à vue pour vol par effraction. Lors de son audition, il a reconnu l'ensemble des faits affirmant les avoir commis avec des complices dont il ne connaît pas les noms, selon ses déclarations.

Déféré devant un magistrat du parquet de Rouen, le mis en cause a été jugé en comparution immédiate et condamné à six mois d'emprisonnement avec sursis.




         Partager Partager