FAITS DIVERS


Rouen : l’auteur de 14 vols à la roulotte est interpellé en venant déposer plainte à l’hôtel de police




Publié le Vendredi 24 Janvier 2020 à 12:49



Les vols ont eu lieu sur les parkings du quai de Boisguilbert à Rouen - illustration
Les vols ont eu lieu sur les parkings du quai de Boisguilbert à Rouen - illustration
Il a nié farouchement les faits, mais les images de vidéo-protection visionnées par les enquêteurs ne font aucun doute sur l’identité du mis en cause.

Lundi 20 janvier, un homme se présente à l’accueil de l’hôtel de police de Rouen, rue Brisout de Barneville. Il explique venir déposer plainte contre un vigile avec lequel il aurait eu un différend.

Ce Rouennais de 32 ans ignore à cet instant qu’il vient de se jeter dans la gueule du loup : recherché par la police depuis plusieurs mois il est alors interpellé immédiatement et placé en garde à vue, soupçonné d’être l’auteur d’une série de vols à la roulotte et de dégradations sur des véhicules.

14 plaintes en cinq mois

Les premiers faits remontent au 3 août 2019 et se sont poursuivis jusqu’au 18 janvier dernier. Durant cette période, les policiers de la sûreté urbaine Métropole nord enregistrent 13 plaintes, toutes concernent des vols et dégradations dans des voitures stationnées sur les parkings du quai de Boisguilbert à Rouen.

Les investigations permettent aux enquêteurs de mettre un visage sur l’auteur de ces faits, qui agit seul. Il est en effet « identifié » en pleine action sur les vidéos de surveillance sur au moins six vols à la roulotte.

Le voleur perd son portefeuille

La surveillance est renforcée aux abords du quai de Boisguilbert. Et puis, samedi 18 janvier, un vigile d’un restaurant du quai de Boisguilbert repère un homme qui vient de fracturer une voiture sur un parking. Il intervient mais l’individu s’en prend à lui et le blesse (6 jours d’ITT) avant de prendre la fuite en abandonnant involontairement sur place son blouson.

Le vêtement est récupéré par les policiers qui découvrent à l’intérieur un brise vitre, un téléphone portable volé et surtout le portefeuille du fuyard.

Procès renvoyé au 20 février

L’homme recherché est enfin identifié. Reste à l’interpeller. On en arrive donc à ce lundi 20 janvier où il se présente à l’hôtel de police affirmant vouloir déposer plainte contre le vigile qui a tenté de l’interpeller deux jours plus tôt.

C’est finalement lui qui se retrouve en garde à vue pour vols, recel de vols, dégradations et violences volontaires (sur le vigile). Entendu durant 24 heures, le suspect a nié les faits dont on l’accuse.

Déféré au parquet de Rouen pour être jugé en comparution immédiate, son procès a finalement été renvoyé au 20 février prochain. Dans l’attente, le juge des libertés et de la détention l’a envoyé en détention provisoire.










Accueil Accueil            





 

Suivez-nous sur Facebook