FAITS DIVERS

Roué de coups pour une dette de drogue : trois interpellations dans l'Eure


Publié le Jeudi 14 Décembre 2017 à 17:09

Les gendarmes de Louviers ont interpellé les auteurs d'une extorsion violente et saisi par la même occasion, lors d'une perquisition à Jouy-sur-Eure, une chambre de culture, 41 plants de cannabis et un peu de cocaïne.


La perquisition réalisée à Jouy-sur-Eure permet notamment de découvrir une « chambre de culture », 41 pieds de cannabis ainsi qu’une faible quantité de cocaïne (Photo © Gendarmerie)
La perquisition réalisée à Jouy-sur-Eure permet notamment de découvrir une « chambre de culture », 41 pieds de cannabis ainsi qu’une faible quantité de cocaïne (Photo © Gendarmerie)
Les faits. Le vendredi 8 décembre vers minuit, un homme âgé de 20 ans et demeurant Acquigny (Eure), reçoit la visite de deux de ses fréquentations, âgées d’une trentaine d’année, auxquelles il doit de l’argent en raison de l’acquisition de cannabis. Invité à sortir de chez lui, le jeune homme ne peut rembourser que partiellement sa dette. Il est alors roué de coups par ses deux visiteurs.

La victime se présente le lendemain à la brigade de gendarmerie de Louviers afin de déposer plainte. Les investigations réalisées par les enquêteurs permettent d’identifier les deux agresseurs, d’identifier également un homme qui les a conduit jusqu’au domicile de la victime, et de localiser leur domicile respectif.

41 pieds de cannabis saisis à Jouy-sur-Eure

Le mardi 12 décembre, une opération judiciaire est réalisée avec le concours du peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (PSIG) de Louviers, elle permet d’interpeller tous les protagonistes et de perquisitionner leurs résidences à Ménilles, Jouy-sur-Eure, Heudreville-sur-Eure et Gaillon.

La perquisition réalisée à Jouy-sur-Eure permet notamment de découvrir une « chambre de culture », 41 pieds de cannabis ainsi qu’une faible quantité de cocaïne.

A l’issue de leur garde à vue, les mis en cause ont été présentés au parquet d’Evreux. Il ont été convoqués devant le tribunal d’Evreux pour le 11 janvier prochain, et dans l’attente, ils font l’objet d’une mesure de contrôle judiciaire. 





infoNormandie












Publicité.

























Suivez-nous sur Facebook