Le Havre : ivre et sans permis, le chauffard est interpellé pour mise en danger de la vie d’autrui



Mis en ligne le Lundi 21 Décembre 2020 à 17:30

L’automobiliste circulait à vive allure et tous feux éteints dans les rues du Havre. Une voiture de police a dû monter sur le trottoir pour ne pas être percutée par le chauffard



Le chauffard a été intercepté à l’issue d’une course-poursuite avec la police - illustration
Le chauffard a été intercepté à l’issue d’une course-poursuite avec la police - illustration
Un automobiliste a passé une partie de la nuit de dimanche à lundi en cellule de dégrisement au commissariat du Havre (Seine-Maritime). Il a été interpellé peu après minuit, au volant de sa voiture, avec 2,14 g d’alcool dans le sang et après une multitude d’infractions délictuelles.

Il fonce sur la voiture de police

Cet habitant de Mesnil-Esnard, près de Rouen, circulait en Toyota, à vive allure et tous feux éteints, rue Jean-Mermoz, entre Harfleur et Le Havre.

Un véhicule de la brigade canine arrivant en sens inverse, gyrophare allumé et klaxon hurlant, (l’équipage partait sur une intervention) a dû monter sur le trottoir pour ne pas être percuté de front par le chauffard qui roulait complètement sur sa gauche sans se soucier des autres usagers.

Neutralisé par le chien policier

Les policiers ont fait demi-tour et se sont lancés à sa poursuite en direction du rond-point de la Brèque. La Toyota a finalement été interceptée rue Jean-Jaurès. Son conducteur a refusé de couper le contact, mais le moteur a calé. S’opposant à son interpellation, il s’est débattu avant d’être plaqué au sol par le chien policier muselé.

Lors des vérifications, il s’est avéré que l’homme, âgé de 32 ans et originaire du Kazakhstan, était en situation irrégulière sur le sol français. Il conduisait sans être titulaire du permis et sous l’emprise d’un état alcoolique. Il s’est vu par ailleurs notifier une procédure pour mise en danger de la vie d’autrui, refus d’obtempérer et rébellion.



        

















CRISE SANITAIRE

Covid-19. Taux d’incidence, pression hospitalière, vaccinations : les chiffres en Normandie

Le taux d’incidence a augmenté de 17% en une semaine. Le nombre des hospitalisations et des admissions en réanimation continue de croître