L’incendie chez un fleuriste du Havre était criminel : l’adepte du Yamakasi a voulu se venger


Un Havrais de 33 ans sera jugé prochainement pour incendie volontaire. Interpellé et placé en garde à vue, il a expliqué pourquoi il avait mis le feu dans la cave d'un magasin de fleurs



Par infoNormandie - Mercredi 11 Août 2021 à 11:02


Le Yamakasi une discipline sportive qui consiste à franchir successivement divers obstacles urbains et naturels, y compris à se déplacer sur les toits, sans l’aide de matériel - Illustration © Pixabay
Le Yamakasi une discipline sportive qui consiste à franchir successivement divers obstacles urbains et naturels, y compris à se déplacer sur les toits, sans l’aide de matériel - Illustration © Pixabay
Vendredi dernier, 6 août, le magasin d’un fleuriste du Havre a été endommagé par un incendie qui s’était déclaré vers 20 heures dans la réserve. L’immeuble où est situé le commerce avenue René-Coty, en centre-ville, avait dû être évacué. Il n’y avait pas eu de blessé.

► Un adepte du Yamakasi

On sait maintenant comment le feu est parti dans la réserve située au niveau d’une cave. L’enquête policière, étayée par un témoignage et des images de vidéosurveillance, a en effet permis d’établir qu’il s’agissait d’un incendie criminel, dont l’auteur a d’ailleurs été interpellé. Il s’agit d’un Havrais de 33 ans qui a reconnu avoir mis le feu à des cartons dans la cave « pour se venger ».

Venger de quoi ? Lors de son interrogatoire, le mis en cause qui s’est présenté de lui-même au commissariat du Havre lundi matin peu avant 5h30 (pour l’anecdote il était pieds nus) a raconté qu’il était un adepte du « yamakasi ».

C’est quoi donc le Yamakasi, appelé aussi Parkour ? Il s’agit d’une discipline sportive qui consiste à franchir successivement divers obstacles urbains et naturels, y compris à se déplacer sur les toits, sans l’aide de matériel.

► Il met le feu pour se venger

A l’occasion de cette pratique, le Havrais s’est manqué et a chuté dans la cour intérieure de l’immeuble. Il s’est ainsi retrouvé prisonnier malgré lui, personne n’ayant voulu lui ouvrir la porte pour qu’il puisse sortir, selon ses déclarations. Alors pour se venger, il a mis le feu à des cartons dans la cave du fleuriste.

L’homme « araignée » s’est ensuite volatilisé en escaladant la gouttière, avant l’arrivée des sapeurs-pompiers.

► Expertise médicale avant d’être jugé

En garde à vue, il a fait plusieurs crises de schizophrénie, souligne une source proche de l’enquête. Il a été néanmoins déféré devant un magistrat du parquet du Havre, en vue d’une comparution immédiate devant le tribunal judiciaire. Mais son état de santé ayant été jugé précaire, il a été décidé de reporter l’audience à plus tard, après une expertise psychiatrique.

A lire aussi >> Départ de feu dans la réserve d'un fleuriste du Havre : un immeuble évacué ce vendredi soir
 



         Partager Partager