Il menaçait de tuer pompiers et policiers à la Kalachnikov, près de Rouen : le forcené se rend


L’homme de 48 ans , domicilié à Petit-Quevilly, affirmait être armé d’une Kalachnikov et d’une arme de poing et prêt à tirer sur les sapeurs-pompiers et policiers en cas d’intervention de leur part



Par infoNormandie - Mardi 5 Octobre 2021 à 11:03


Équipés de protections adaptées à ce type d’intervention à haut risque, les hommes de la BAC se sont tenus prêts à intervenir - Illustration @ DGPN
Équipés de protections adaptées à ce type d’intervention à haut risque, les hommes de la BAC se sont tenus prêts à intervenir - Illustration @ DGPN
La rue du Général Foix à Petit-Quevilly (Seine-Maritime) a été bouclée par les forces de l’ordre hier, lundi, en fin d’après-midi. Un homme affirmant être armé d’une Kalachnikov et d’une arme de poing était retranché à son domicile, menaçant de mettre fin à ses jours.

C’est la médecine du travail dont dépend cet homme de 48 ans qui a sollicité l’intervention des secours, vers 17h30. A l’arrivée des sapeurs-pompiers, qui ont ouvert la porte de l’appartement, l’homme a menacé de les tuer ainsi que les policiers.

Il parlemente avec la police

Un dispositif de sécurisation a été immédiatement mis en place et le quartier a été bouclé par les forces de l’ordre. Deux équipages de la brigade anticriminalité, tout spécialement équipés de protections pour ce type d’intervention, ont pris position. GrDF a de son côté coupé l’arrivée du gaz dans l’immeuble, par précaution.

Un officier de police a pris contact avec le quadragénaire. Les deux hommes ont parlementé de longues minutes, puis le forcené, après avoir exposé ses problèmes, a finalement accepté d’ouvrir sa porte. Il a, à cet instant, été interpellé sans opposer de résistance.

Pas d’arme à feu mais 2,60 g d’alcool dans le sang

Une perquisition a été effectuée dans son appartement en présence d’un officier de police judiciaire. Aucune arme à feu n’a été découverte. En revanche, les policiers ont mis la main sur une batte de baseball, deux poings américains et un pistolet à impulsion électrique. Ces armes ont été saisies pour les besoins de l’enquête.

L’homme a été placé en garde à vue. Le contrôle d’alcoolémie a révélé qu’il avait un taux de 1,30 mg par litre d’air expiré, soit 2,60 g dans le sang.

Le dispositif policier a été levé vers 21 heures.