A Rouen, prétextant vouloir l’essayer, il s’enfuit avec le scooter électrique d’un passant : il est identifié et arrêté


Mercredi 29 Janvier 2020 - 11:55



Le voleur a prétexté vouloir essayer le scooter électrique - illustration @ Pixabay
Le voleur a prétexté vouloir essayer le scooter électrique - illustration @ Pixabay
Deux mois et demi après les faits, l’auteur d’un « abus de confiance » a été identifié et interpellé par la sûreté urbaine de la Métropole nord de Rouen (Seine-Maritime). Le mis en cause a d’abord nié les faits avant de les reconnaître confronté aux éléments de preuves produits par les enquêteurs.

Le 6 novembre 2019, avenue Pasteur à Rouen, un homme aborde le pilote d’un scooter électrique, prétextant vouloir acheter le même. Au préalable, il souhaiterait essayer le scooter.

Le propriétaire de l’engin, un homme de 31 ans, accepte de lui prêter à la condition que ce soit pour faire un tour du pâté de maisons. Marché conclu. L’inconnu enfourche le scooter et démarre en trombe... Il n’est jamais revenu !

Il perd un papier compromettant

La victime dépose plainte et raconte la mésaventure aux policiers. Il livre bien sûr la description du voleur et remet aux policiers des papiers que l’individu a perdu au moment de s’enfuir précipitamment. Il s’agit d’un bout de papier sur lequel est noté un rendez-vous médical, avec date, heure et lieu.

Grâce à ce document compromettant, et quelques autres investigations, les policiers vont parvenir à identifier le suspect recherché : il s’agit d’un homme de 26 ans domicilié à Rouen, défavorablement connu par leurs services.

Placé sous contrôle judiciaire

Formellement reconnu par la victime sur une planche de photos présentées par les enquêteurs qui ont fiché l’individu par le passé, l’auteur présumé du vol est convoqué à l’hôtel de police où il se présente le 28 janvier (hier mardi). Il est alors interpellé et placé en garde à vue.

Lors de son interrogatoire, le mis en cause a d’abord nié les faits avant de finir par les reconnaître. L’individu a été déféré au palais de justice de Rouen le jour même en vue d’une comparution immédiate. L’affaire a finalement été renvoyée au 15 février prochain. Le prévenu a été placé sous contrôle judiciaire.


Accueil Accueil