Meurtre des jardins de l'hôtel de ville à Rouen : un adolescent de 17 ans entendu par les policiers


Jeudi 12 Septembre 2019 à 17:48

Une enquête pour homicide volontaire a été ouverte par le parquet de Rouen. Le quinquagénaire retrouvé la tête fracassée dans les jardins de l'hôtel de ville a été identifié. Un suspect a par ailleurs été interpellé ce jeudi matin



Les investigations de police technique et scientifique sur la scène de crime auraient permis de trouver une trace ADN - Illustration © DGPN
Les investigations de police technique et scientifique sur la scène de crime auraient permis de trouver une trace ADN - Illustration © DGPN
Un jeune homme de 17 ans, de nationalité Ivoirienne, a été placé en garde à vue dans le cadre de l'enquête confiée à la police judiciaire de Rouen, après la mort d'un homme d'une quarantaine d'années dans de mystérieuses conditions. 

Le suspect, connu des services de police pour des faits de violences, a été interpellé à Darnétal, près de Rouen, ce jeudi matin vers 6 heures. Il a été immédiatement emmené dans les locaux du SRPJ, rue Brisout-de-Barneville. Une « perquisition domiciliaire » a été effectuée dans la foulée, les enquêteurs étant à la recherche d'effets vestimentaires et autres éléments pouvant permettre éventuellement de le confondre.

 Deux autres suspects (complices ?) seraient recherchés par la police.

La victime : un homme sans histoire

Les enquêteurs s'intéressent beaucoup à cet adolescent, soupçonné fortement d'être impliqué dans la mort d'un homme âgé entre 45 et 50 ans, dont le corps a été découvert mardi matin vers 7h30 par un employé communal, dans les jardins de l'Hôtel de ville, près d'une aire de jeux derrière l'abbatiale Saint-Ouen et la mairie. 

>> Rouen : le corps d’un homme nu et la tête ensanglantée découvert dans les jardins de l’hôtel de ville

L'homme, entièrement nu, avait la tête ensanglantée, méconnaissable, tant les coups qu'il a reçus ont été violents. Identifié mercredi, le quadragénaire était inconnu des services de police et de la justice. C'est un homme qui menait une vie rangée, qui travaillait et n'avait jamais fait parler de lui, assure une source judiciaire. 

Homicide volontaire

Les investigations  ont permis de retrouver ses vêtements, éparpillés dans le parc. Le mobile du vol qui aurait mal tourné semble exclu. Crime crapuleux ? Toutes les hypothèses sont permises, à ce stade de l'enquête.

Une chose est sûre : l'autopsie du corps, à l'institut médico-légal, a confirmé que le décès était consécutif aux coups reçus. Ce qui a conduit le parquet de Rouen à ouvrir, dans un premier temps, une information pour homicide volontaire. 

























AGENDA










Suivez-nous sur Facebook