La mère et la fille menaient la grande vie avec les cartes bancaires volées à des personnes âgées


Lundi 21 Août 2017 à 16:46

Seine-Maritime.


Les deux femmes détrournaient l'attention des personnes âgées qui retiraient de l'argent à un distributeur et subtilisaient le code et la carte (Illustration ©D.R.)
Les deux femmes détrournaient l'attention des personnes âgées qui retiraient de l'argent à un distributeur et subtilisaient le code et la carte (Illustration ©D.R.)
La brigade de la délinquance astucieuse du Havre, en Seine-Maritime, a mis un terme à l'activité délictuelle d'une mère et de sa fille. Les deux femmes sont soupçonnées d'avoir subtilisé frauduleusement les cartes bancaires d'une dizaine de personnes parfois très âgées pour débiter de l'argent à des distributeurs automatiques. Elles sont convoquées devant le tribunal correctionnel du Havre, en juin 2018.

Elles menaient la grande vie

Le montant du préjudice est en cours d'estimation, mais ce qui est sûr c'est que durant plus de trois mois, deux Havraises, une mère et sa fille, âgées respectivement de 51 et 27 ans, ont mené la grande vie avec l'argent de leurs victimes.

La méthode employée était classique. Les deux femmes repéraient une personne âgées, plus particulièrement une femme, en train de retirer de l'argent à un distributeur automatique de billets. Elles pénétraient dans le sas de la banque et tandis que la mère détournait l'attention de la vieille dame ou du vieux monsieur, la fille en profitait pour noter discrètement le code secret avant de parvenir à subtiliser la carte bancaire de la victime et de disparaître.
 

Des victimes âgées de 61 à 87 ans

Le précieux sésame en poche, les deux femmes allaient à un autre distributeur et s'empressaient de retirer le maximum autorisé d'argent, avant que le compte ne soit bloqué.

La supercherie a duré, selon les investigations des policiers, du 25 juillet au 30 octobre 2016, soit un peu plus de trois mois. Treize plaintes ont été enregistrées durant cette période : 8 au Havre, 3 à Fécamp, 1 à Bolbec et 1 à Goderville.

Le travail des enquêteurs de la brigade de la délinquance astucieuse de la sûreté urbaine du Havre a consisté dans un premier temps à auditionner les victimes, toutes âgées entre 61 et 87 ans, en majorité des femmes. Les policiers ont rapidement établi que les faits avaient été commis par deux femmes, une jeune et une moins jeune. Ils ont alors visionné les images enregistrées par les caméras de vidéo-surveillance des banques, ce qui leur a permis d'identifier les auteures, connues de leurs services.

La fille reconnaît les faits, la mère nie farouchement

Formellement identifiées sur photo par les victimes, les deux suspectes ont été interpellées la semaine dernière (les 16 et 17 août) par les policiers et placées en garde à vue au commissariat du Havre. Lors de son interrogatoire, la fille a fini par reconnaître l'intégralité des faits. Elle a expliqué que sa mère, qui ne sait ni lire ni écrire, était chargée de détourner l'attention de la victime, tandis qu'elle-même s'occupait de noter le numéro du code secret et de récupérer la carte bancaire.

La mère a quant à elle farouchement nié les faits reprochés, affirmant ne pas se reconnaître sur les photos extraites de la vidéo-surveillance. 

Les deux femmesont été remises en liberté, à l'issue de leur garde à vue. Les policiers ont notifié à chacune une convocation devant le tribunal correctionnel du Havre pour le 6 juin 2018.







FAITS DIVERS | A LA UNE | L'INFO EN CONTINU | LES YVELINES | EURE | INFO-ROUTE | ACTUALITÉS | SOCIÉTÉ | JUSTICE | LOISIRS | Contributeurs | Télévision | Horoscope | DIAPORAMA | Lu sur le Web | Vos photos | Tout savoir sur les cookies | infoServices | DOSSIERS