Au Havre, la cave squattée abritait un petit business : 550 cachets d’ecstasy saisis


Quatre jeunes gens ont été interpellés dans une cave d’un immeuble de la Mare Rouge, après la découverte de produits stupéfiants et de plusieurs centaines de cartouches de gaz hilarant



Par infoNormandie - Mardi 2 Février 2021 à 16:49


Plus de 550 cachets d'ecstasy ont été saisis dans la cave qui abritait un petit business - illustration © iStock
Plus de 550 cachets d'ecstasy ont été saisis dans la cave qui abritait un petit business - illustration © iStock
Stupéfiante découverte pour les policiers du Havre (Seine-Maritime) lors d’une visite dans les parties communes d’un immeuble de la Mare Rouge, dans le quartier de reconquête républicaine.

Jeudi 28 janvier, en milieu d’après-midi, des policiers de la brigade spécialisée de terrain (BST) épaulés par des fonctionnaires de la CRS 32 basée au Havre, décident d’inspecter les parties communes d’un immeuble de la rue de Reims.

De l’ecstasy, du cannabis et du gaz hilarant

Lors de cette visite, ils constatent dans une cave transformée en squat la présence de quatre jeunes gens. Lors des vérifications, les forces de l’ordre repèrent dans la cave un réfrigérateur qui contient des boissons et des confiseries, visiblement destinés à la vente.

Ce n’est pas tout : la fouille des lieux permet de découvrir quelque 550 cachets d’ecstasy, 20 grammes de résine de cannabis et plusieurs centaines de cartouches de protoxyde d’azote, un gaz hilarant qui provoque une certaine euphorie et peut générer des troubles graves de la santé.

Au cours de l’interpellation des suspects, âgés entre 16 et 18 ans, l’un des plus jeunes, particulièrement violent, s’en est pris aux policiers les insultant copieusement et menaçant de mort. Lors de la palpation de sécurité avant son placement en garde à vue, une somme de 1 000€ en liquide a été retrouvée sur lui, ainsi que les clés de la serrure de la cave qu’il occupait illégalement.

Le principal mis en cause placé en foyer

Considéré comme le principal mis en cause, l’adolescent a été déféré devant un magistrat du parquet du Havre qui lui a notifié son placement dans un foyer et sous contrôle judiciaire.

Deux des trois autres interpellés ont fait l’objet d’une convocation devant le juge des enfants pour l’un, d’une ordonnance pénale et de 450€ d’amende pour le second. Le troisième a bénéficié d’un classement sans suite.