Un cheval du cirque Seneca blessé à l’arme blanche près de Rouen : une plainte est déposée


Publié le 17/10/2019 à 08:45

Acte de malveillance isolé ou volonté de nuire à l’image du cirque et de ses dirigeants. En mai dernier, déjà, près d’une vingtaine d’animaux avaient été lâchés dans la nature en pleine nuit



Le poitrail du cheval a été entaillé a l'aide d'une arme blanche : photo publiée sur la page Facebook du cirque Seneca qui a déposé plainte
Le poitrail du cheval a été entaillé a l'aide d'une arme blanche : photo publiée sur la page Facebook du cirque Seneca qui a déposé plainte
Une enquête a été ouverte suite à une nouvelle plainte déposée par le responsable du cirque Seneca, installé en ce moment rue de Verdun à Bihorel, près de Rouen (Seine-Maritime).

Dans la journée du lundi 14 octobre, au cours de l’après-midi, le directeur âgé de 49 ans, constate qu’un des chevaux du cirque a une entaille au niveau du poitrail. La blessure a été occasionnée par un objet pointu et tranchant, probablement un couteau.

Acte de malveillance isolé ?

Lors de sa déposition au commissariat de la place Beauvoisine, il dit avoir aperçu, un peu plus tôt, un inconnu près de l’enclos où se trouvait l’animal.

Acte de malveillance isolé ? Ou volonté de nuire à ce cirque ou à ses responsables ? Depuis plusieurs jours, circule sur les réseaux sociaux, mise en ligne par une association, une vidéo où on voit un lion « qui semble épuisé » en pleine représentation.

Croix gammées et menaces de mort

Ce n’est pas la première fois que le cirque Seneca est victime d’actes de malveillance et que son gérant se dit menacé de mort. Sur sa page Facebook, il publie des photos de croix gammées peintes sur les caravanes ou encore celle du cheval blessé au poitrail.

Il y a quelques mois, le 17 mai, en pleine nuit, le grillage des enclos avait été cisaillé alors que le cirque était installé à Grand-Quevilly. Près d’une vingtaine d’animaux - trois chameaux, sept buffles, deux lamas, trois poneys, deux ânes et deux chevaux - s’étaient enfuis dans la nature. Certains avaient été récupérés vers 3 heures du matin près de la voie rapide (Sud 3).





















AGENDA









Suivez-nous sur Facebook