Sécurité routière : un nouveau radar automatique mis en service sur l'A150 entre Rouen et Barentin



Installé en avril dernier, juste après le viaduc de Bapeaume vers Barentin, le nouveau radar "double face" entre en service ce jeudi 4 août. Il devrait inciter les usagers de l'A150 à respecter la limitation de vitesse dans cette zone particulièrement accidentogène



Publié le 03/08/2022 à 14:06 - mis à jour le 04/08 - 15:22

Le nouveau radar sera mis en service ce jeudi 4 août à minuit  -Illustration © Adobe Stock
Le nouveau radar sera mis en service ce jeudi 4 août à minuit -Illustration © Adobe Stock
Un radar automatique fixe va entrer en service ce jeudi 4 août, à partir de minuit, sur l'autoroute A150 . C'est le préfet de la Seine-Maritime qui l'annonce dans un communiqué publié aujourd'hui mercredi. 

L'appareil "double face" a été installé il y a quelques semaines juste après le viaduc de Bapeaume dans la montée vers Barentin et a fait l'objet de tests.

À la croisée des flux provenant du Pont Flaubert et du centre-ville de Rouen, l'A150 est le lieu d'accidents nombreux du fait, notamment, du différentiel de vitesse entre les poids lourds et les voitures, remarque la préfecture.

La limitation de vitesse "peu respectée"

L'objectif, on l'aura compris, est d'inciter les automobilistes à réduire leur vitesse, du moins à respecter celle imposée sur cette portion de voie rapide particulièrement accidentogène.

La vitesse sur l'A150 a d'ores et déjà été abaissée au début de l'année 2021 de 20 km/h, passant ainsi de 110 à 90 km/h, sur une portion de 1 600 mètres.

« Les stations de comptage automatiques montrent toutefois que la mesure est peu respectée par les usagers, car la baisse de la vitesse moyenne constatée sur la section n'est en réalité que de 5 km/h », observe la préfecture. De nombreux accidents continuent d'être enregistrés sur ce secteur, occasionnant des embouteillages réguliers et des difficultés récurrentes de circulation.

Accidents de la route : des chiffres préoccupants

L'installation d'un radar fixe est destiné à rendre davantage effective cette baisse et atteindre les objectifs de sécurité routière, souligne Pierre-André Durand, préfet de la Seine-Maritime, à l'origine de cette demande.
« Ce radar, en complément des autres radars fixes ou mobiles sur le territoire, va contribuer, avec le travail des forces de l'ordre dans leurs contrôles ponctuels, à faire baisser les vitesses pratiquées par les usagers, première cause des accidents », insiste le représentant de l'Etat.
Les chiffres de l'accidentalité routière en Seine-Maritime sont jugés préoccupants : depuis le début de l'année, le nombre des accidents corporels (465 constatés par les forces de l'ordre) a bondi de + 77  par comparaison avec la même période de l'année 2019, année de référence avant le Covid-19). Le nombre des blessés a atteint 563 blessés (+73 par rapport à 2019) et le nombre de tués est passé de 21 à 34. 

              










- Publicité



Publicité







Publicité


Qui sont les quinze députés élus en Seine-Maritime et dans l'Eure. Ils sont ici