Le Havre : son ex-conjoint la gifle et la bouscule, elle active son "téléphone grave danger"


Lundi 26 Octobre 2020 - 17:40

Depuis qu'elle a été harcelée et menacée de mort par son ex-compagnon, la jeune femme dispose d'un dispositif téléphonique qui lui permet d'alerter les services de police en cas de danger imminent



La jeune femme était revenue dans son ancien appartement au Havre pour récupérer des affaires personnelles quand son ex-conjoint l'a une nouvelle fois violentée - Illustration © Adobe
La jeune femme était revenue dans son ancien appartement au Havre pour récupérer des affaires personnelles quand son ex-conjoint l'a une nouvelle fois violentée - Illustration © Adobe
Ils ont vécu ensemble pendant trois ans et se sont séparés en août dernier. Rien n’allait plus dans le couple. Elle, âgée de 27 ans, est partie vivre dans le Loiret. Lui, 26 ans, est resté au Havre.

Depuis leur séparation, déjà difficile, les relations entre eux se sont nettement détériorées. La jeune femme a été victime de harcèlement et de menaces de mort à plusieurs reprises de la part de son ex-conjoint à plusieurs reprises qui s’est déplacé jusque dans le Loiret. Des plaintes ont été déposées à chaque fois à son encontre au commissariat d’Orléans.

Giflée et bousculée

Le Havre : son ex-conjoint la gifle et la bouscule, elle active son "téléphone grave danger"
Depuis, la femme dispose pour sa sécurité d’un téléphone « grave danger » qu’elle peut activer dès qu’elle se sent en danger.

C’est précisément grâce à ce dispositif, qu’elle a pu alerter la police le samedi 24 octobre. Revenue ce jour-là dans son ancien appartement rue Auguste-Comte, au Havre pour récupérer des affaires personnelles, notamment des meubles, elle a été prise à partie par son ancien concubin qui a surgi et l’a giflée et bousculée violemment.

Mesure de reconduite à la frontière

La victime a eu le réflexe d’actionner son téléphone grave danger, avant de se faire arracher l’appareil des mains. Les policiers sont arrivés rapidement sur place et ont interpellé l’individu qui était encore dans le couloir.

L’auteur des violences a été placé en garde à vue pour violences volontaires aggravées. Une mesure de reconduite à la frontière, vers l’Algérie son pays d’origine, lui a été notifiée.



Accueil Accueil