FAITS DIVERS

Le Havre : les fausses ordonnances de la patiente avaient été dérobées à son amie médecin


Mardi 26 Juin 2018 à 11:43


La quadragénaire se faisait délivrer des antidépresseurs et autres anxiolytiques avec de fausses ordonnances - Illustration @Pixabay
La quadragénaire se faisait délivrer des antidépresseurs et autres anxiolytiques avec de fausses ordonnances - Illustration @Pixabay
Elle avait dérobé un ordonnancier à une amie médecin du Havre, afin de se faire délivrer des médicaments pour ses besoins personnels.

Une femme de 44 ans a été démasquée par le personnel d’une pharmacie qui a découvert que l’ordonnance en sa possession était falsifiée. La quadragénaire a alors pris la fuite.

Elle vole des ordonnances à son amie médecin

Cette Havraise a pu être confondue dans d’autres vols, en particulier celui d’une carte vitale au préjudice d’une femme de 38 ans dans un cabinet médical du Havre. L’enquête a démontré que cette carte avait été utilisée avec une fausse ordonnance au nom d’une praticienne havraise pour la délivrance de médicaments (somnifère, anxiolytiques, anti dépresseurs...)

L’examen de l’écriture et la signature des deux ordonnances douteuses a permis d’établir que ces dernières avaient été établies par la même personne.

Le médecin à qui ces ordonnances vierges avaient été dérobées a déposé plainte contre X. Lors de son audition, cette praticienne de 64 ans a pu fournir des indications aux policiers qui sont parvenus ainsi à identifier la présumée voleuse de l’ordonnancier.

Des cartes vitales subtilisées à ses parents et à ses sœurs

Cette dernière, amie du médecin, consommait ce type de médicaments en raison de son état psychique. Convoquée la semaine dernière à l’hôtel de police, elle a reconnu les faits, expliquant qu’elle rédigeait elle-même les ordonnances et imitait la signature de son amie médecin.

Elle a également confié aux enquêteurs avoir dérobé les cartes vitales de ses parents, de ses sœurs, d’une cousine et même de certains de ses employeurs toujours dans le but de se faire délivrer des médicaments.

La mise en cause a été remise en liberté à l’issue de sa garde à vue le 21 juin. Inconnue des services de police et de la justice, elle s’est vue notifier une convocation pour une ordonnance pénale devant le délégué du procureur de la République du Havre le 19 novembre prochain.







FAITS DIVERS | A LA UNE | L'INFO EN CONTINU | Les Yvelines | EURE | INFO-ROUTE | ACTUALITÉS | SOCIÉTÉ | JUSTICE | LOISIRS | Contributeurs | Télévision | Horoscope | DIAPORAMA | Lu sur le Web | Vos photos | Tout savoir sur les cookies | infoServices | DOSSIERS