Grand-Quevilly : mis en examen pour "tentative d'homicide", après la découverte d'un homme grièvement blessé


Le mis en cause, âgé de 31 ans, a déclaré aux policiers ne se souvenir de rien, sinon d'avoir porté des coups de poings à la victime suite à une dispute lors d'une soirée bien arrosée. Il a été placé en détention provisoire



Publié le Mardi 8 Décembre 2020 à 14:18


L'auteur présumé des blessures a été mis en examen et placé en détention provisoire à la maison d'arrêt de Rouen - Illustration
L'auteur présumé des blessures a été mis en examen et placé en détention provisoire à la maison d'arrêt de Rouen - Illustration
Un homme âgé de 31 ans a été mis en examen pour "tentative d'homicide" et placé en détention provisoire à la maison d 'arrêt de Rouen (Seine-Maritime). 

Le mis en cause est soupçonné d'avoir blessé grièvement à l'abdomen, avec une arme blanche, une de ses connaissances, âgée de 43 ans. Des faits qui ont été commis dans la nuit du dimanche 29 au lundi 30 novembre, à Grand-Quevilly.

Le quadragénaire avait été retrouvé, grièvement blessé, dans la rue Hector-Berlioz, vers 2 heures du matin. Victime d'une hémorragie, il avait été transporté, en urgence absolue, au centre hospitalier universitaire (CHU) de Rouen, sans avoir pu être entendu par les policiers. Il s'est vu prescrire trois semaines d'incapacité totale de travail.

Il ne se souvient de rien

L'enquête confiée à la brigade criminelle de la Sûreté départementale a toutefois permis d'identifier l'auteur présumé. Interpellé à son domicile en tout début de semaine dernière, ce dernier aurait expliqué aux enquêteurs avoir eu une altercation avec le quadragénaire au cours d'une soirée bien arrosée que les deux hommes passaient ensemble à Grand-Quevilly. S'il dit se souvenir d'avoir mis des coups de poings à cet homme, il a affirmé ne pas se rappeler de ce qui s'est passé ensuite en raison de son état d'alcoolisation.

Déféré devant un magistrat du parquet de Rouen, le suspect a été mis en examen pour "tentative d'homicide volontaire". Il s'est vu notifier son placement en détention provisoire par le juge des libertés et de la détention (JLD). 

Les policiers vont continuer leurs investigations sur commission rogatoire d'un juge d'instruction.