Eure : plus de 6 kg de drogue, un fusil à pompe et des munitions saisis par la police à Val-de-Reuil


Belle prise pour les enquêteurs du commissariat de Val-de-Reuil qui ont interpellé un trafiquant de produits stupéfiants qui « arrosait » le quartier de la dalle



Par infoNormandie - Samedi 2 Octobre 2021 à 09:47


Illustration © Adobe Stock
Illustration © Adobe Stock
Un trafiquant présumé de stupéfiants a été placé en garde à vue par les policiers de Val-de-Reuil, dans l’Eure, le 28 septembre. Cet homme de 24 ans, défavorablement connu de la justice pour trafic de drogue, a été interpellé à son domicile sur la dalle de Val-de-Reuil.

Les policiers de la sûreté urbaine se sont présentés chez lui ce jour-là, dans la matinée, pour l’entendre dans le cadre d’une autre affaire. Le jeune homme a entrouvert sa porte, retenue par une chaînette, mais a refusé de laisser entrer les enquêteurs. Ces derniers, forçant le passage, ont réussi néanmoins à pénétrer dans l’appartement où une forte odeur de cannabis avait attiré leur attention.

Drogue, arme et munitions saisies

Les policiers ont alors remarqué au sol deux sacs de sports ouverts : ils contenaient plus de 6 kg de résine de cannabis. A proximité, un fusil à pompe dont le numéro de série était limé était également découvert.

Une perquisition de l’appartement était effectuée dans la foulée en présence d’un officier de police judiciaire. Elle permettait d’aller de découverte en découverte : 114,20 g de cocaïne, 9 cartouches de chevrotine, 100 cartouches de 9 mm parabellum ainsi qu’une somme de 2 020 euros en liquide. Une belle prise.

La drogue achetée à Nanterre, le fusil à Bruxelles

Lors de ses auditions en garde à vue, le suspect a fourni quelques explications. Il a déclaré ainsi être allé en août dernier dans une cité de Nanterre (Hauts-de-Seine) pour acheter 150 g de cocaïne pour un montant de 6 000€ et 5 kg de résine de cannabis qu’il aurait payé 22 500€.

Concernant son activité, le jeune Rolivalois a reconnu revendre la drogue sur la dalle où il habite. Quant au fusil à pompe et les munitions, il affirmera les avoir achetés 2 000€ il y a deux ans dans un quartier de Bruxelles (Belgique).

Enfin, à propos des 100 cartouches parabellum retrouvées dans son appartement il dira se les être procurées dans le quartier de la Sablière à Rouen en échange de 60 g de résine de cannabis.

Incarcéré dans l’attente d’être jugé

Déféré ce vendredi 30 septembre devant le magistrat du parquet d’Évreux, en vue d’une comparution immédiate, le trafiquant présumé a obtenu le renvoi de son procès au 9 décembre prochain afin qu’il puisse préparer sa défense.

Dans l’attente du jugement, il a été placé en détention provisoire à la maison d’arrêt d’Évreux.