FAITS DIVERS


Cocktails Molotov contre le bureau de police de Petit-Quevilly : deux hommes et une femme interpellés



Publié le Dimanche 17 Mai 2020 à 17:18


Deux bouteilles incendiaires ont été lancées contre la façade du commissariat dans la nuit de vendredi à samedi. Les auteurs, deux hommes, ont été interpellés. Ils sont en détention provisoire. La jeune femme en leur compagnie qui a filmé la scène avec son portable, a été également placée en garde à vue



Le bureau de police de Petit-Quevilly, rue Jacquard - Illustration © Google Maps
Le bureau de police de Petit-Quevilly, rue Jacquard - Illustration © Google Maps
Le bureau de police de Petit-Quevilly, près de Rouen (Seine-Maritime) a été la cible d'engins incendiaires qui ont noirci la façade, sans faire davantage de dégâts. Les auteurs des faits, deux hommes et une femme, sœur de l’un d’eux, ont été interpellés.

Dans la nuit de vendredi à samedi, peu après minuit, deux individus sont aperçus par un témoin devant le bureau de police, situé à l'angle de la rue Jacquard et de l'avenue Jacques-Prévert : ils tiennent dans leurs mains des cocktails Molotov enflammés qu’ils projettent contre la façade du bâtiment. La jeune femme qui les accompagne filme la scène avec son téléphone portable.

Débris de bouteilles incendiaires

Le témoin compose le « 17 » (Police secours) pour signaler les faits. Des policiers arrivent rapidement. Sur place, ils retrouvent les débris des cocktails Molotov et la façade du commissariat noircie. Les incendiaires ont pris la fuite. Ils se sont réfugiés en fait dans une habitation voisine, rue Jacquard. La jeune femme, âgée de 18 ans, est quant à elle interpellée à proximité et placée en garde à vue. Son téléphone portable a été confisqué pour les besoins de l'enquête.

Son audition par les enquêteurs va cependant permettre d’identifier les deux hommes : l’un est âgé de 25 ans. Le second de 20 ans. Ils sont originaires de Petit-Quevilly et d’une commune de l’Eure.

Placés en détention provisoire

Les incendiaires ont été arrêtés par la brigade anticriminalité (BAC) à leur domicile respectif samedi vers 13h30. En garde à vue, ils ont reconnu les faits, affirmant avoir agi sous l’effet de l’alcool.

Si la jeune femme a été remise en liberté, les deux hommes ont été déférés ce dimanche matin devant le magistrat de permanence au parquet de Rouen. Dans l'attente de leur comparution immédiate, prévue mardi devant le tribunal judiciaire, Ils ont été placés en détention provisoire à la maison d'arrêt Bonne Nouvelle.









           

























Retrouvez ici les résultats définitifs du 1er tour des élections municipales dans l'Eure commune par commune (cliquer sur la photo)

AGENDA






Suivez-nous sur Facebook