Accusé d'agressions sexuelles sur Facebook, un homme handicapé tabassé près de Rouen



Publié le 31/05/2018 à 10:55



Les enquêteurs procèdent actuellement à des investigations afin d'identifier le ou les auteurs de la rumeur véhiculée sur Facebook - Illustration © DGPN
Les enquêteurs procèdent actuellement à des investigations afin d'identifier le ou les auteurs de la rumeur véhiculée sur Facebook - Illustration © DGPN
Un homme handicapé, accusé à tort sur les réseaux sociaux d'avoir commis des agressions sexuelles, a été bastonné par un groupe d'individus dans la soirée du 29 mai, à Grand-Quevilly, dans la banlieue de Rouen. Le quinquagénaire a été frappé violemment à coups de pied et de poing, et abandonné sur place.

Ses agresseurs sont activement recherchés par la police, qui a ouvert une enquête pour violences volontaires aggravées. 

Il est armé et sort de prison, selon la rumeur

Depuis quelques jours, une rumeur circulait, notamment sur Facebook, comme quoi ce quinquagénaire, photo à l'appui, aurait commis des agressions sexuelles à Petit-Quevilly et Grand-Quevilly.

Selon les messages publiés sur Facebook, l'homme « est armé » et « sort de prison ». Des accusations évidemment - comme c'est souvent le cas sur les réseaux sociaux - dénuées de tout fondement et non vérifiées. 
« Depuis le début du mois de mai, aucune plainte n'a été déposée pour agression sexuelle à Petit-Quevilly », tient à préciser la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP), indiquant que la vigilance de toutes les patrouilles est renforcée.

Handicapée et sous curatelle, la victime de cette rumeur qui « a conduit à ce qu'elle soit agressée physiquement », selon la police, a déposé plainte pour diffamation.

Une enquête pour identifier les auteurs

Rappelant que la diffamation est un délit, les enquêteurs procèdent actuellement à des investigations qui devraient leur permettre d'identifier rapidement le ou les auteurs de cette rumeur et de la violente agression dont a été l’objet le quinquagénaire.

Toute victime ou témoin d'une agression doit immédiatement composer le « 17 » (police-secours) et les victimes doivent également déposer plainte sans délai, insiste-t-on à la DDSP.
 












L'info en live
L'info en live le 16/10/2019

Perturbations sur certaines lignes du réseau Twisto à Caen, jeudi 17 octobre

Demain Jeudi 17 octobre, en raison d’un mouvement social de 59 minutes chez l’un des sous-traitants, des perturbations sont à prévoir sur certaines...

L'info en live le 16/10/2019

Vacances de la Toussaint : Bison futé voit du vert partout sur les routes

Pour ce premier week-end des vacances de la Toussaint, c’est seulement le vendredi 18 octobre que les départs seront véritablement importants, aux...

L'info en live le 16/10/2019

Feu de chambre à Angerville-la-Campagne : une fillette légèrement intoxiquée

Les sapeurs-pompiers de l’Eure sont intervenus, mardi 15 octobre, vers 16h30 rue des Bleuets à Angerville-la-Campagne, près d’Évreux, où un...








AGENDA









Suivez-nous sur Facebook