A Elbeuf, des policiers harcelés à coups de pierres par un groupe d'assaillants : trois interpellations


Lors d'une interpellation, les forces de l'ordre ont été prises à partie par plusieurs dizaines d'individus hier soir au Puchot à Elbeuf (Seine-Maritime). Elles ont riposté avec des grenades lacrymogènes et des balles de défense


Publié le Jeudi 20 Mai 2021 à 11:39

Les policiers ont dû faire appel à des renforts - Illustration © DDSP76
Les policiers ont dû faire appel à des renforts - Illustration © DDSP76
Des incidents entre un groupe d'individus et des policiers ont éclaté dans la soirée du mercredi 19 mai, dans le quartier du Puchot à Elbeuf-sur-Seine (Seine-Maritime). Tout est parti rue du Moulin-Saint-Etienne, vers 20h40, quand les forces de l'ordre ont interpellé un jeune automobiliste de 19 ans, au volant d'une Mercedes qui venait  de commettre un refus d'obtempérer. 

Jets de pierres et grenades lacrymogènes

Plusieurs dizaines d'individus ont tenté d'empêcher l'interpellation en se rapprochant des policiers tout en jetant des pierres dans leur direction.  Les fonctionnaires ont riposté en faisant usage de grenades lacrymogènes. Les assaillants ont reculé mais sont vite revenus à la charge, toujours en lançant des projectiles. 

Dans l'attente de l'arrivée de renforts, les gardiens de la paix ont à nouveau fait usage de leur armement collectif, à savoir un lanceur de balles de défense (LBD).

Alors que le garage de permanence procédait à l'enlèvement de la Mercedes à l'origine du refus d'obtempérer, les individus ont continué à lancer des projectiles sur les véhicules des policiers qui ont alors répliqué avec deux grenades lacrymogènes. 

Deux assaillants en garde à vue

Un des auteurs des assauts successifs a été identifié et interpellé vers 21 heures alors qu'il sétait réfugié dans un immeuble. Il s'agit d'un homme âgé de 20 ans, domicilié à Elbeuf, qui a été placé en garde à vue pour violences volontaires sur personne dépositaire de l'autorité publique. 

L'enquête a permis d'identifier, ce jeudi, un second mis en cause, un elbeuvien de 19 ans qui a également été placé en garde à vue, au même titre que l'auteur du refus d'obtempérer. 

Le calme est revenu vers 22h30, après le déploiement de vingt-cinq policiers de la compagnie d'intervention, du groupe de sécurité de proximité et de police-secours.