Seine-Maritime : l'octogénaire conservait le cadavre de son fils, mort depuis 6 ans, dans sa baignoire


Publié le 25/11/2019 à 12:17

La vieille dame qui habite à Mont-Saint-Aignan, près de Rouen, continuait de s'occuper de son fils décédé en 2013. Elle souffrirait du syndrome de Diogène



L'octogénaire vivait seule depuis la mort de son fils il y a six ans dans cette maison de ville aux murs blancs avenue Gallieni - Illustration © Google Maps
L'octogénaire vivait seule depuis la mort de son fils il y a six ans dans cette maison de ville aux murs blancs avenue Gallieni - Illustration © Google Maps
Le cadavre d'un homme en état de momification a été découvert par les sapeurs-pompiers de Seine-Maritime à la faveur d'une intervention au domicilie d'une vieille femme à Mont-Saint-Aignan, dans l'agglomération de Rouen. 

Vendredi 22 novembre, vers 18 heures, le centre opérationnel départemental d'incendie et de secours (Codis), basé à Yvetot, reçoit un appel d'un commerçant qui indique être inquiet de ne plus voir une de ses clientes âgées.

Un cadavre momifié dans la baignoire

Un équipage de secours est dépêché à l'adresse de l'octogénaire, qui habite une modeste maison de ville aux murs blancs avenue Gallieni à Mont-Saint-Aignan.  Personne ne répondant à leur appel, les sapeurs-pompiers déploient une échelle et fracturent le carreau d’une fenêtre au premier étage de la maison pour pénétrer à l'intérieur. C'est ainsi qu'en faisant le tour des pièces, ils vont découvrir le cadavre d'un homme momifié dans la baignoire de la salle de bains.

En poursuivant la reconnaissance des lieux, ils découvrent ensuite, au rez-de-chaussée, une femme allongée sur le sol. Elle est consciente et souffre de déshydratation, relate une source policière.

« Mort depuis 6 ans » ?

La vieille dame indiquera aux secours que le corps dans la baignoire est celui de son fils, né en mars 1957 et « mort depuis 6 ans » alors qu’il était âgé de 56 ans, selon ses déclarations.  Certains éléments recueillis sur place permettront d'établir qu'elle continuait de s'occuper de son fils.

L'octogénaire, qui serait atteinte du syndrome de Diogène, a été transportée aux urgences du centre hospitalier universitaire de Rouen pour un examen approfondi.

Une autopsie du corps va être pratiquée dans les prochains jours à l'institut médico-légal de Rouen. Elle devrait permettre de déterminer l’origine du décès et à quand il remonte précisément. De leur côté, les services de police ont ouvert une enquête en recherche des causes de la mort. Enquête qui est confiée au groupe d'appui judiciaire.
























AGENDA









Suivez-nous sur Facebook