Rouen : le conjoint violent menace les policiers avec un couteau de boucher


Mardi 14 Août 2018 à 17:46

Les policiers ont été contraints de faire usage à deux reprises d'un pistolet à impulsion électrique pour maîtriser un homme de 45 ans qui les menaçait avec un couteau de boucher.


Le forcené menaçait les policiers avec un couteau de boucher - Illustration © Pixabay
Le forcené menaçait les policiers avec un couteau de boucher - Illustration © Pixabay
Les faits se déroulent dans la soirée du lundi 13 août, à Rouen (Seine-Maritime). La brigade canine intervient vers 21h30 rue Marquis, dans le quartier du jardin des plantes pour un différend conjugal. Une femme a en effet appelé police-secours pour signaler que son conjoint vient de la frapper et l'a jetée dehors. 

La victime est dans le hall de l'immeuble à l'arrivée des forces de l'ordre. Elle explique alors que son concubin a cassé la vaisselle et brisé des ustensiles de cuisine. Il l'a mise à la porte et s'est enfermé dans l'appartement, après avoir fermé les volets. 

Les policiers tentent de se faire ouvrir la porte. En vain. Finalement, l'individu se ravise et consent à leur ouvrir. Il se présente torse-nu, en short et pieds nus. Il est alcoolisé et très excité. A la main, il exhibe un couteau de boucher dont la lame mesure 20 cm, et menace les fonctionnaires en avançant vers eux.

Neutralisé par une décharge électrique

S'estimant en danger, l'un des policiers dégaine son pistolet à impulsion électrique et en fait usage. Le forcené résiste à la décharge, titube et parvient à s'éloigner. Il se réfugie dans une pièce et s'y enferme, le couteau à la main. Refusant obstinément de lâcher son arme, les policiers sont contraints de faire usage une seconde fois de leur arme non létale. Cette fois, l'homme trébuche tandis que le couteau tombe à terre. Toujours très virulent, il est finalement maîtrisé au sol et menotté.

Le quadragénaire est interpellé . Il refuse l'intervention des sapeurs-pompiers et d'être conduit à l'hôpital. Il est donc ramené à l'hôtel de police pour être placé en garde à vue pour violences aggravées sur sa conjointe.