Le Havre : l'auteur de tags « anti-flics » placé sous contrôle judiciaire strict



Publié le 20/05/2019 à 18:12

Le jeune homme a été interpellé et placé en garde à vue pour dégradation de bien public. Il a désormais interdiction de quitter son domicile le samedi de 13 heures à 19 heures dans l'attente de son jugement en juin prochain



Le tagueur a été observé discrètement par la brigade anti-criminalité, avant d'être interpellé - Illustration
Le tagueur a été observé discrètement par la brigade anti-criminalité, avant d'être interpellé - Illustration
Pour la troisième fois depuis le début du mouvement des gilets jaunes, un Havrais de 20 ans a été placé en garde à vue samedi après-midi, lors de la manifestation des gilets jaunes au Havre.

Le jeune homme s'est fait remarquer par un équipage de la brigade anti-criminalité alors qu'il se trouvait vers 15h30 dans un groupe de manifestants qui avaient le visage dissimulé par une capuche, une écharpe et des lunettes de soleil. Lui paraissait plus excité que les autres. Il a donc été placé sous étroite surveillance.

Des tags anti-flics

C'est ainsi que, vers 15h30, il a été aperçu en train de taguer à la peinture la chaussée et un panneau de signalisation avec l'inscription « ACAB », un slogan anti-flics. D'autres tags du même style ont également été relevés sur le trottoir devant l'hôtel de police, boulevard de Strasbourg. 

Observé discrètement, tout au long de la manifestation, par les policiers en civil, le jeune homme se débarrassera de sa bombe de peinture en la jetant dans un bassin et changera de vêtements pensant ainsi passer incognito. Mais voilà, vers 17 heures, il a été interpellé par la Bac et ramené au commissariat central pour être placés en garde à vue pour dégradations de bien public.

Contrôle judiciaire srict

Il a été déféré ce lundi dans la matinée devant un magistrat du parquet du Havre. Dans l'attente de son jugement, qui aura lieu le 25 juin prochain, il a été placé sous contrôle judiciaire strict avec obligation de se présenter à l'hôtel de police une fois par semaine, interdiction de quitter son domicile le samedi de 13 heures à 19 heures et obligation de trouver un travail.
  












Le live
le 13/10/2019

Un pavillon embrasé à Boos (Seine-Maritime), deux personnes intoxiquées

Deux des trois occupants d'un pavillon ont été transportés au CHU de Rouen, légèrement intoxiqués dans l'incendie de leur pavillon square des...

le 11/10/2019

Feu de transformateur sur la zone portuaire du Havre

Plusieurs entreprises de la zone portuaire du Havre à Rogerville (Seine-Maritime) ont été privées d'électricité ce vendredi matin, à partir de 9...








AGENDA









Suivez-nous sur Facebook