Le Havre : jaloux, il suspecte sa femme d’avoir une liaison et met une raclée à son supposé rival


Publié le 30/11/2019 à 18:49



Illustration @ Pixabay
Illustration @ Pixabay
Le gérant d’un kebab du Havre, en Seine-Maritime, a été placé en garde à vue pour vol avec violences, menaces de mort réitérées et détention d’arme de catégorie D, en l’espèce une bombe lacrymogène.

Ce commerçant de 38 ans est accusé d’avoir infligé une sévère correction à un homme de 31 ans qu’il soupçonnait d’être l’amant de sa femme.

Il soupçonne sa conjointe de le tromper

L’affaire commence il y a quelques jours. Le restaurateur est convaincu que sa femme qui travaille dans les assurances le trompe avec un de ses collègues de travail. Il aurait découvert dans le téléphone de sa conjointe des messages compromettants pour les deux supposés tourtereaux.

Le gérant fomente alors sa vengeance. Il appelle son potentiel « rival » et prétextant avoir besoin de conseils en assurance il lui propose de passer le prendre chez lui.

Le commerçant arrive devant le domicile du collègue de sa femme, rue Jacques-de-Vaulx. Il est tout souriant. Comme si de rien n’était, il l’invite à monter dans sa Peugeot 3008. Soudain, c’est un déchaînement de violences : le conducteur frappe violemment à coups de poing le visage et la tête de son passager, qui se protège comme il peut.

Des coups de poing en pleine tête

« Que fais-tu avec ma femme ? », veut savoir l’agresseur. Le passager ne comprend pas le sens de la question et reste muet. Les coups continuent de pleuvoir en pleine tête. A un moment, la victime sent un objet froid contre sa tempe, et pense au canon d’ une arme à feu.

Le mari jaloux s’empare du téléphone portable et des lunettes de la victime, puis démarre. La Peugeot 3008 se retrouve dans le quartier de l’Eure, elle roule a vive allure. Arrivé à hauteur d’une habitation où la voiture s’arrête, le passager parvient à descendre et à prendre la fuite torse-nu car son agresseur, en essayant de le retenir, a arraché son teeshirt.

L’homme, la tête ensanglantée, frappe à la porte d’une première maison pour demander de l’aide. En vain. Personne ne répond. Idem à la deuxième maison. C’est finalement à la troisième qu’un homme consent à le faire entrer et à appeler la police et les sapeurs-pompiers.

«  Douze coups de couteau »

Identifié sans difficulté, l’auteur des violences est retrouvé et interpellé par la brigade anti-criminalité. Dans la Peugeot 3008, les policiers découvrent une bombe lacrymogène ainsi que l’IPhone 7 et la paire de lunettes de la victime.

En garde à vue, le quadragénaire reconnaît avoir mis quelques coups de poing, mais réfute les menaces de mort. La victime a affirmé lors de son audition que son agresseur l’avait menacé de « douze coups de couteau ».

Le mari jaloux a été remis en liberté. Il devra se présenter le 9 septembre 2020 devant le procureur de la République du Havre pour une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité.























AGENDA









Suivez-nous sur Facebook