Un chauffeur de bus roué de coups au sol par un adolescent, à Montivilliers près du Havre


Mardi 19 Mars 2019 à 14:43

Le jeune homme âgé de 16 ans s'est littéralement déchaîné contre le chauffeur de bus qui venait de lui demander des explications après une altercation quelques jours plus tôt



L'adolescent a été placé en garde à vue pour violences volontaires aggravées - illustration
L'adolescent a été placé en garde à vue pour violences volontaires aggravées - illustration
Un conducteur de bus a été roué de coups par un très jeune voyageur à qui il avait refusé de s'arrêter entre deux stations.

Les faits se sont déroulés dans la soirée de samedi 16 mars, à Montivilliers, près du Havre (Seine-Maritime). Le chauffeur du réseau Lia a reconnu dans son bus le jeune homme qui l'avait agressé verbalement et insulté quelques jours plus tôt sur cette même ligne. L'adolescent, âgé de 16 ans, n'avait en fait pas apprécié que le chauffeur refuse de s'arrêter pour qu'il puisse descendre entre deux stations.

Jeté à terre et roué de coups

Le retrouvant dans son bus, samedi, le conducteur a voulu demander des explications au jeune homme, un gaillard de plus d'1,80 m, qui s'est rapidement emporté. Ce dernier a empoigné par le cou le quinquagénaire puis l'a poussé jusqu'à le faire tomber à terre. L'adolescent s'est ensuite acharné sur la victime à coups de pied et de poing, avant de disparaître. 

Le chauffeur ayant repris ses esprits s'est enfermé dans le bus. A cet instant, l'agresseur s'est rendu compte qu'il avait laissé son téléphone portable à l'intérieur du véhicule. Il est alors revenu pour le récupérer. Il a tenté de se faire ouvrir les portes en mettant des coups de pied dans la carrosserie. En vain. Le conducteur a réussi à reprendre la route et a alerter les services de police. 

Convoqué en justice

L'auteur des violences a été interpellé et placé en garde à vue pour violences volontaires aggravées. Il devra répondre de ses actes le 15 mai prochain devant le tribunal pour enfants du Havre.

Le chauffeur de bus s'est vu délivrer un certificat avec huit jours d'incapacité temporaire de travail.
 

























AGENDA










Suivez-nous sur Facebook