Seine-Maritime : des faux démarcheurs de la police tentent d’escroquer des commerçants


Mardi 13 Août 2019 à 12:33

Ils se réclament d’une amicale de syndicats de police et proposent des encarts publicitaires aux commerçants. Attention à l’arnaque



L’enquête a été confiée aux policiers de la sûreté départementale de Seine-Maritime - Illustration @ DGPN
L’enquête a été confiée aux policiers de la sûreté départementale de Seine-Maritime - Illustration @ DGPN
La direction départementale de la sécurité publique (DDSP) de Seine-Maritime met en garde les commerçants qui pourraient être victimes de tentatives d’escroqueries.

Depuis le début des vacances, des pseudo démarcheurs se réclamant de syndicats de police tentent de vendre par téléphone des encarts publicitaires pour un magazine fantôme. Deux commerçants de l’agglomération rouennaise, un traiteur et un gérant de bar, ont été approchés par ces arnaqueurs. L’un d’eux y a laissé des plumes : 1 300€.

Une publicité dans un magazine fantôme

Vers la mi-juillet, un traiteur est contacté téléphoniquement par une personne se réclamant de « l’amicale des forces de l’ordre et sécurité publique ». L’interlocuteur propose au commerçant de publier un encart publicitaire. Coût de cette prestation : 1 300€.

Le démarcheur indique que le paiement devra s’effectuer par chèque. Mais un peu plus tard. Il rappelle pour préciser que le paiement s’effectuera finalement par virement bancaire.

Le faux douanier sème le trouble

Le commerçant donne son accord et paie comme prévu de la facture.

Quelques jours plus tard, curieusement, il est contacté par un soi-disant inspecteur des douanes. Ce dernier lui révèle qu’il a été victime probablement d’une arnaque et qu’en tout état de cause il va devoir s’acquitter maintenant de la TVA en rapport avec cette facture publicitaire.

Le traiteur commence à avoir de sérieux doutes d’autant que le supposé douanier semble un peu confus dans ses déclarations. Le commerçant raconte alors l’histoire aux services de police. Une enquête est ouverte par la sûreté départementale (SD) qui permet d’établir que le traiteur a bien été victime d’une escroquerie.

Un gérant de bar également approché

Les policiers font rapidement un rapprochement avec une autre affaire similaire, mettant en cause également une amicale du syndicat général de la police nationale.

Un gérant de bar s’est vu proposer en effet, de la même manière, un encart publicitaire pour un montant de 1 400€. Mais le commerçant, suspicieux, s’est confié aux fonctionnaires de la brigade des débits de boissons qui lui ont vivement conseillé de décliner l’offre.

Évidemment, la police met en garde les commerçants qui pourraient être sollicités de la sorte par ce type de démarcheurs.

Dans l’immédiat, la sûreté départementale cherche à savoir si d’autres commerçants en ont été victimes en Seine-Maritime.























AGENDA









Suivez-nous sur Facebook