Rouen : quand la police traque les agresseurs et voleurs de portables



Publié le 14/01/2019 à 12:32

Trois jeunes gens, deux hommes de 21 et 22 ans et une femme de 18 ans, ont été agressés en pleine rue et de nuit à Rouen par des individus qui en voulaient à leurs téléphones portables. Dans les trois cas, les auteurs ont été arrêtés par la police.



Le vol avec violences de téléphones portables est devenu un véritable fléau - Illustration © Pixabay
Le vol avec violences de téléphones portables est devenu un véritable fléau - Illustration © Pixabay
Le vol de smartphones est devenu un véritable fléau. Les victimes, parfois très jeunes, sont le plus souvent confrontées à des bandes d'individus qui n'hésitent pas à recourir à la violence pour parvenir à leurs fins. Trois exemples ce week-end dans l'agglomération rouennaise.

Encerclé par quatre agresseurs

Dimanche, vers 22 h 15, un jeune de 21 ans qui attend son bus à l'arrêt Téor du Mont-Riboudet est soudainement encerclé par quatre inconnus qui le menacent, le bousculent et le ceinturent pour l'empêcher de bouger. L'un d'eux lui fait les poches et s'emparent de son téléphone portable. Deux des agresseurs, dont le voleur du smartphone, prennent alors la fuite en courant, tandis que les deux autres le retiennent de force sur place. 

Un équipage de la Brigade anti-criminalité (BAC) arrive rapidement, alerté par des témoins. Les recherches dans le quartier s'avèrent payantes : les policiers récupèrent l'un des agresseurs et l'interpellent. Il s'agit d'un jeune de 17 ans originaire de Sotteville-lès-Rouen.  

Ils menacent de lui casser la gueule

Moins d'une heure plus tard, la BAC est appelée à nouveau pour une autre agression sur la voie publique. La victime, un homme de 22 ans, raconte avoir été prise à partie par trois individus, dont un est en possession d'un vélo B'Twin.

Il était à un arrêt de métro près du Théâtre des Arts, sur la rive droite de Rouen, lorsqu'il a été abordé par le trio. Au départ, ces inconnus lui réclament une cigarette.

En fait, la cigarette n'est qu'un prétexte. Les trois individus le suivent à pied jusque rue Malherbe de l'autre côté de la Seine. Profitant que la rue soit déserte, ils se ruent sur lui et menacent de "lui casser la gueule" s'il ne donne pas son téléphone portable.

Les policiers invitent le jeune homme à monter dans leur véhicule banalisé afin de faire des recherches. Dans le même temps, avisé par radio, un second équipage de la BAC, positionné à l'arrêt de bus Saint-Sever, voit arriver deux jeunes qui correspondent au signalement, dont celui à vélo.

Lors du contrôle, la victime reconnait formellement ses agresseurs. Ces derniers, âgés de 17 ans, déclarent être de nationalité Tunisienne et sans domicile fixe. Ils sont placés en garde à vue pour tentative de vol avec violences et extorsion.

Le téléphone volé était géolocalisé

Dans la nuit de samedi, vers 3 heures du matin, une jeune Rouennaise de 18 ans, a elle aussi été victime du vol de son smartphone. Elle rentrait chez elle lorsque, rue de la République, elle a été abordée et bousculée par un jeune homme. Ce dernier exige qu'elle lui donne son IPhone 6, mais elle refuse. L'individu la ceinture alors, fouille ses poches et parvient à s'emparer du téléphone.

Alertés, les parents de la jeune femme préviennent sans tarder le « 17 ». Ils indiquent avoir localiser le téléphone de leur fille en mouvement rue d'Elbeuf. Un équipage de la Brigade canine s'y rend, mais entre-temps le téléphone est maintenant localisé rue George-Sand à  Saint-Etienne-du-Rouvray.

Les policiers foncent alors vers cette direction et remarquent, dans la rue déserte, deux individus déambulant à pied. Lors du contrôle, les fonctionnaires demandent au parents de la victime de composer le numéro d'appel de leur fille. Eurêka : le téléphone vibre dans la poche d'un des suspects. Tous deux sont interpellés.

L'un est âgé de 17 ans, l'autre de 20 ans. Lors de leur audition, ils déclarent être de nationalité Syrienne et Lybienne et sans domicile fixe dans l'agglomération rouennaise. Seul celui en possession de l'Iphone 6 a été placé en garde à vue.
 



















AGENDA









Suivez-nous sur Facebook