Renault-Cléon victime d'un vol à grande échelle de pièces moteurs : cinq interpellations


Lundi 18 Mars 2019 à 17:50

Le vol est estimé à 150 000 euros. Le responsable d'une entreprise de sous-traitance de l'usine Renault-Cléon, en Seine-Maritime, était à la tête d'un trafic de pièces moteurs. Il a été démasqué ainsi que ses complices, dont trois sont ses employés



192 turbocompresseurs et 524 pompes à eau ont été retrouvés dans un garage à Cauddbec-lès-Elbeuf - illustration
192 turbocompresseurs et 524 pompes à eau ont été retrouvés dans un garage à Cauddbec-lès-Elbeuf - illustration
Cinq personnes, dont le patron d'une entreprise de nettoyage et trois de ses employés, ont été interpellées et placées en garde à vue au commissariat d'Elbeuf (Seine-Maritime). Elles sont soupçonnées d'avoir dérobé plusieurs centaines de turbocompresseurs et pompes à eau dans l'enceinte de l'usine Renault de Cléon. Le préjudice est estimé à 150 000 euros.

150 000 euros de pièces moteurs

Ce trafic de pièces détachées automobiles a été démantelé tout à fait par hasard par les services de police de Seine-Maritime.

Vendredi 15 mars, dans la matinée, l'attention d'une patrouille du commissariat d'Elbeuf est attirée par une fourgonnette Renault Trafic, qui semble bien surchargée. Les policiers suivent discrètement le véhicule suspect, puis le perdent de vue. Ils le retrouvent garé devant le garage d'un particulier dans la commune voisine de Caudebec-lès-Elbeuf. Deux hommes s'affairent à décharger de lourds cartons pour les entreposer dans le local. 

Les gardiens de la paix interviennent et leur demandent ce que contiennent ces cartons et d'où ils proviennent. Les deux hommes, de 40 et 49 ans, déclarent travailler pour une entreprise de nettoyage sous-traitant pour l'usine Renault. Ils précisent que c'est leur patron qui leur a demandé de ramener ces cartons et de les entreposer dans ce garage qui appartient à un employé de ladite entreprise.

Un complice dans l'usine

Lors des vérifications, les policiers découvrent ainsi soigneusement entreposés 192 turbos et 524 pompes à eau, pour un montant de 150 000 euros. Le matériel est neuf. Les deux hommes sont interpellés et placés en garde à vue.

La suite des investigations est confiée à la sûreté urbaine de la métropole sud. Le propriétaire de l'entreprise de nettoyage, un homme de 37 ans, est interpellé à son tour. Sur lui, la coquette somme de 4 000 euros en liquide est retrouvé. L'homme explique que cet argent est destiné à ses deux employés qui ont "sorti" les pièces détachées de l'usine Renault. 

L'enquête permet d'établir que le chef d'entreprise a un complice à l'intérieur de l'usine. Ce dernier est chargé de sortir les turbos et pompes à eau de la chaîne de production. Ils les entreposent ensuite discrètement dans une benne à déchets. Les deux employés de l'entreprise de nettoyage récupèrent le matériel, le conditionnent dans des cartons et l'acheminent ensuite jusqu'au garage à Caudebec-lès-Elbeuf, dont le propriétaire âgé de 39 ans a également été placé en garde à vue. 

Convoqués en justice

Les cinq hommes ont été remis en liberté. Ils sont domiciliés à Saint-Etienne-du-Rouvray, Cléon, Elbeuf et Déville-lès-Rouen. Quatre d'entre eux, qui ont reconnu les faits, se sont vus notifier une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité devant le procureur de la République à une date ultérieure. Le propriétaire du garage a fait valoir sont droit au silence, ce qui lui vaut une convocation à comparaître publiquement devant le tribunal correctionnel de Rouen.

Les pièces détachées ont été récupérées et restituées à l'usine Renault. 



















AGENDA










Suivez-nous sur Facebook