Ils projetaient d'incendier le commissariat à Rouen : deux suspects interpellés par la cellule "gilets jaunes"


Mercredi 17 Avril 2019 à 14:31

Deux manifestants, originaires de Petit-Quevilly et de Darnétal, ont été identifiés grâce à l'exploitation des différentes images de vidéo-surveillance et publiées sur les réseaux sociaux



Le commissariat de police Beauvoisine à Rouen - Illustration
Le commissariat de police Beauvoisine à Rouen - Illustration
Deux jeunes gens seront jugés le 5 juin prochain devant le tribunal correctionnel de Rouen pour avoir tenté d'incendier le commissariat de police Beauvoisine, boulevard de l'Yser à Rouen (Seine-Maritime).

C'était le 12 janvier dernier, lors d'une manifestation des gilets jaunes. Des manifestants avaient entassés des poubelles et des plots en plastique devant le commissariat Beauvoisine et y avaient mis le feu. L'intervention des sapeurs-pompiers avait permis de limiter les dégâts.

Identifiés par la cellule "gilets jaunes"

L'enquête a été confiée à la cellule "gilets jaunes" créée au sein de la direction départementale de la sécurité publique (DDSP) à Rouen. Les enquêteurs ont procédé à un minutieux travail exploitant les images des caméras de vidéo-surveillance de la ville, d'établissements publics et les vidéos mises en ligne dans les médias et sur les réseaux sociaux.

Les investigations de ces policiers ont permis d'identifier formellement les auteurs de ces dégradations : un jeune de 19 ans originaire de Darnétal et un autre de 21 ans domicilié à Petit-Quevilly. Tous deux ont été interpellés dans la journée du 11 avril, à leur domicile. Si le plus jeune n'a opposé aucune résistance à son interpellation, le plus âgé s'est rebellé et a frappé un policier au visage, ce qui lui a valu une procédure pour violences volontaires sur personne dépositaire de l'autorité publique. 

Placés sous contrôle judiciaire

Lors de leur audition respective, les mis en cause ont reconnu les faits, c'est-à-dire avoir tenté d'incendier le commissariat. Déférés le 12 avril au palais de justice de Rouen en vue d'une comparution immédiate devant le tribunal correctionnel, l'audience a finalement été reportée au 5 juin prochain.

Dans l'attente de leur procès, ils ont été placés sous contrôle judiciaire.




















AGENDA










Suivez-nous sur Facebook