Gilets jaunes : « une certaine radicalisation du mouvement », observe la préfecture de Seine-Maritime



Publié le 27/11/2018 à 19:39

Y aura-t-il un effet Macron sur le mouvement des Gilets jaunes ? On devrait le savoir rapidement en fonction de la mobilisation sur le terrain dans les prochains jours. Ce soir, déjà, des voix se sont élevées pour dénoncer l'insuffisance des propositions du chef de l'Etat.



La mobilisation est moins forte qu'aux premiers jours du mouvement mais la détermination est la même - Photo © infonormandie
La mobilisation est moins forte qu'aux premiers jours du mouvement mais la détermination est la même - Photo © infonormandie
Au onzième jour du mouvement, le nombre des barrages filtrants n'a guère diminué en Seine-Maritime et dans l'Eure, ce mardi 27 novembre. En revanche, la tension est montée d'un cran, de l'avis même de Benoit Lemaire, directeur de cabinet de la préfète de Seine-Maritime, qui constate une « certaine radicalisation ».

Pour autant, aucun incident grave n'a été signalé, depuis l'interpellation la nuit dernière aux abords du rond-point des Vaches, à Saint-Etienne-du-Rouvray, de deux automobilistes alcoolisés qui avaient une "conduite dangereuse". 

Rassemblement devant la sous-préfecture du Havre

Comme chaque matin, depuis le début du mouvement, les Gilets jaunes ont dressé des barrages filtrants, essentiellement à proximité de centres commerciaux et sur certains grands axes routiers des deux départements.

Cet après-midi, entre 14 et 15 heures, une opération escargot a été organisée sur l'autoroute A29 dans le secteur de Blangy-sur-Bresle en Seine-Maritime. Ce qui a valu à quelques automobilistes d'être verbalisés pour entrave à la circulation, indique la préfecture.

Dans la matinée, une soixantaine de Gilets jaunes se sont rassemblée devant la sous-préfecture du Havre. Une délégation a été reçue et a déposé une motion à l'attention de la sous-préfète. A Rouen, une dizaine de manifestants sont également venus devant la préfecture de région. 

Hier, c'est devant le centre des finances publiques de Fécamp que les Gilets jaunes s'étaient rassemblés.

Les centres commerciaux dans le collimateur

Outre les points de blocage habituels, les Gilets jaunes semblent vouloir concentrer leurs actions sur les grandes surfaces. Ainsi, cet après-midi, à Grand-Quevilly, ils ont tenté de bloquer les caisses et d'empêcher les clients de pénétrer dans l'hypermarché Super U.  La police est intervenue pour les déloger.

De même au centre commercial de Gonfreville-l'Orcher où la tension est montée en fin d'après-midi, entre les manifestants et les commerçants de plus en plus excédés. Les forces de l'ordre ont été chargées par la préfecture de trouver une solution.

Moins nombreux mais plus déterminés.

D'après les chiffres communiqués par Benoit Lemaire ce soir à 17 heures, 61 personnes ont été interpellées en Seine-Maritime depuis le début du mouvement. Le nombre de blessés est de 34.

Selon le directeur de cabinet de Fabienne Buccio, « on sent une certaine tension à certains endroits ». Quant au nombre de Gilets jaunes il serait d'après lui en nette diminution : « trois-quarts de moins qu'il y a une semaine »« Ceux qui restent sont les plus radicaux », estime Benoit Lemaire.

Autrement dit : moins nombreux mais plus déterminés.




















AGENDA









Suivez-nous sur Facebook