A Rouen, la camionnette d'opposants à la loi Travail saisie par la police



Publié le 24/05/2016 à 16:46



Dans la camionnette des manifestants, les policiers ont saisi des boucliers, des pieds-de-biche, une feuille de boucher, .... (Photo@DDSP76)
Dans la camionnette des manifestants, les policiers ont saisi des boucliers, des pieds-de-biche, une feuille de boucher, .... (Photo@DDSP76)
Une quinzaine de boucliers de fabrication artisanale, une feuille de boucher, des pieds-de-biche, un marteau, un burin, un grappin, une quarantaine de canettes en verre remplies de peinture, dix bombes de peinture, des boîtes de pétards et cinq banderoles ...

C'est à un inventaire à la Prévert que les policiers ont été amenés à faire lors d'une perquisition dans une camionnette. Tous ces objets étaient semble-t-il destinés à assurer les arrières de manifestants parmi les plus virulents qui s'apprêtaient à défiler dans les rues de Rouen le jeudi 19 mai.

La camionnette, "blanche", avait été repérée par les policiers dans l'enceinte du presbytère de l'église Saint-Nicaise, occupée depuis plus d'une semaine par une quarantaine d'opposants à la loi Travail. Le véhicule servait à faire la liaison entre le lieu de culte (où sont stockés les boucliers) et certains opposants à la loi Travail qui manifestaient dans la rue.

Lors de la manifestation du mardi 17 mai, des individus avaient été repérés tirant une charrette transportant précisément ces boucliers et "d'autres armes", selon la police.

Ces individus s'en étaient alors pris à des policiers en civil et à la devanture de la permanence du Parti socialiste, rue de la République. Depuis ces faits, la fameuse camionnette blanche était signalée et suivie à la trace.

Craignant de nouvelles dégradations et violences lors de la manifestation du 19 mai la décision a donc été prise de saisir le véhicule suspect. C'est ainsi que ce dernier a été intercepté ce matin-là vers 9h30, cours Clemenceau, par les policiers du groupe de voie publique (GVP) et ramené à l'hôtel de police où il a été perquisitionné.

Identifié, son propriétaire a été convoqué par les enquêteurs pour s'expliquer. Ce mardi matin, il n'avait toujours pas donné signe de vie...












Le live
le 13/10/2019

Un pavillon embrasé à Boos (Seine-Maritime), deux personnes intoxiquées

Deux des trois occupants d'un pavillon ont été transportés au CHU de Rouen, légèrement intoxiqués dans l'incendie de leur pavillon square des...

le 11/10/2019

Feu de transformateur sur la zone portuaire du Havre

Plusieurs entreprises de la zone portuaire du Havre à Rogerville (Seine-Maritime) ont été privées d'électricité ce vendredi matin, à partir de 9...








AGENDA









Suivez-nous sur Facebook