FAITS DIVERS


Un an après la catastrophe de Lubrizol : 34 manifestants placés en garde à vue cet après-midi à Rouen



Par le 26/09/2020 à 19:29

Plusieurs centaines de manifestants ont défilé ce samedi après-midi du site de Lubrizol à la préfecture de Seine-Maritime. Ils réclamaient davantage de transparence sur ce dossier et de contrôles sur les sites industriels



L'incendie dans l'usine Lubrizol il y a un an à Rouen a été vécue comme une véritable catastrophe - Photo © infoNormandie
L'incendie dans l'usine Lubrizol il y a un an à Rouen a été vécue comme une véritable catastrophe - Photo © infoNormandie
Une quarantaine de personnes ont été interpellées, dont 34 placées en garde à vue, en marge de la manifestation organisée ce samedi à Rouen un an après l'incendie de l'usine Lubrizol. Il s'agissait pour les participants de réclamer la transparence autour de cette catastrophe et davantage de contrôles sur les sites industriels, en particulier ceux classés Seveso. 

Combien étaient-ils à défiler cet après-midi dans la rue de la capitale normande ? Certains observateurs évoquent le chiffre d'un millier de manifestants, la préfecture, elle, annonce « environ 550 manifestants, au plus fort » du cortège qui est parti du site de Lubrizol pour rejoindre la préfecture de Seine-Maritime. 

La circulation bloquée sur le pont Jeanne d'Arc

Le cortège s'est dispersé dans le calme vers 17 heures place du Palais de justice, indique la préfecture dans un communiqué publié en fin de journée, tout en rappelant que « cette manifestation, regroupant certains syndicats et associations, avait été autorisée à la suite d'une déclaration en préfecture ».

Par ailleurs, signale la préfecture, « 70 militants, pour beaucoup extérieurs au département, du groupe radical "Extinction Rebellion" ont bloqué la circulation au pont Jeanne d'Arc, 22 d'entre eux s'étant entravés les uns aux autres et allongés à terre ». Ce qui a conduit les forces de l'ordre à intervenir pour les déloger.

Une quarantaine de personnes ont été interpellées, dont 34 placées en garde à vue. Un camion de matériel d'entrave a été saisi par la police.