FAITS DIVERS


Le Havre : un voleur a l’étalage s’oppose violemment aux agents de sécurité et aux policiers




Publié le Mardi 28 Juillet 2020 à 16:32

Un Havrais de 25 ans avait été surpris en train de chaparder dans le magasin Décathlon. Les policiers ont dû faire usage à trois reprises d’un pistolet à impulsion électrique pour le maîtriser



Suspecté d’un vol à l’étalage, le jeune homme s’est opposé violemment à son interpellation - illustration
Suspecté d’un vol à l’étalage, le jeune homme s’est opposé violemment à son interpellation - illustration
Un voleur à l’étalage a donné beaucoup de fil à retordre aux policiers au moment de son interpellation. Les faits se déroulent dimanche 26 juillet, en fin de journée, au magasin Décathlon, quai de la Réunion au Havre (Seine-Maritime). Un jeune homme est surpris par un agent de sécurité en train de chaparder dans les rayons de l’enseigne de sports.

Le surveillant intervient sans attendre et tente de l’interpeller. Mais les choses se passent mal. Le voleur n’entend pas se laisser faire, il devient très violent si bien qu’il faut l’intervention de quatre autres agents de sécurité pour le maîtriser jusqu’à l’arrivée de la police.

Neutralisé avec le pistolet à impulsion électrique

En arrivant sur place, les gardiens de la paix sont eux aussi pris à partie et reçoivent des coups de poings et de pied. Ils sont alors contraints de faire usage à deux reprises successives du pistolet à impulsion électrique (PIE) en mode contact.

Les décharges électriques n’ont pas d’effet sur l’individu qui continuent à se débattre. Il refuse de monter dans la voiture des forces de l’ordre pour être emmené au commissariat central. Menotté, il assène de violents coups de pied dans la carrosserie. Pour tenter de le calmer, les policiers font usage une nouvelle fois du pistolet électrique et l’homme est enfin neutralisé.

Entendu pour d’autres affaires de vol et de violences

Le mis en cause, un Havrais de 25 ans, a été placé en garde à vue pour vol, violences volontaires sur personne dépositaire de l’autorité publique et rébellion. Trois policiers ont déposé plainte contre lui et les surveillants de Décathlon devaient en faire autant.

Sa garde à vue a été prolongée de 24 heures, afin de permettre aux enquêteurs de l’entendre par la même occasion sur d’autres affaires en cours concernant des vol et des violences.










Accueil Accueil            









 

Suivez-nous sur Facebook