Rave-party illégale à Grand-Quevilly : camions saisis, verbalisations, gardes à vue


Publié le Lundi 7 Novembre à 15:25

Plusieurs centaines de teufeurs se sont rassemblés durant trois jours et nuits sur un site industriel désaffecté à Grand-Quevilly, près de Rouen (Seine-Maritime). Les sanctions sont tombées à l'issue de la fête



Deux camions de 19 tonnes transportant les matériels de sonorisation et un groupe électrogène ont été saisis par les forces de l'ordre - Photo © Préfecture de la Seine-Maritime.
Deux camions de 19 tonnes transportant les matériels de sonorisation et un groupe électrogène ont été saisis par les forces de l'ordre - Photo © Préfecture de la Seine-Maritime.
Deux personnes ont été interpellées et 473 contraventions ont été dressées lors d'une rave-party organisée ce week-end à Grand-Quevilly, près de Rouen (Seine-Maritime).

Ce rassemblement festif n'avait pas été autorisé par la préfecture. Pour cause, ses organisateurs ne l'avaient pas déclaré . Par conséquent, elle a été déclarée illégale par les autorités, précise la préfecture dans un communiqué.

Dès vendredi soir, des dizaines puis des centaines de teufeurs ont convergé pendant tout le week-end sur un site industriel désaffecté situé sur la zone d'activités du Grand-Launay, au Grand-Quevilly. L'événement a rassemblé plusieurs centaines de participants, jusqu'à dimanche en fin de journée..

Le propriétaire du site dépose plainte

Dans l'impossibilité de faire évacuer les lieux sans risquer des affrontements, la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) a mis en place un dispositif de sécurité, en lien avec la police municipale de Grand-Quevilly, dans et aux abords du site, complété par un dispositif adapté en termes de sécurité civile.

Dans le même temps, mais après coup, la préfecture a pris un arrêté destiné à interdire tout « rassemblement festif à caractère musical de type rave party » et à interdire « la circulation de tout véhicule transportant du matériel de son à destination d’un événement festif à caractère musical dans le département de la Seine- Maritime ».

De son côté, le propriétaire du site a déposé plainte au commissariat de police.

Près de 650 contraventions distribuées

Pour autant, les forces de l'ordre ont été réquisitionnées pour effectuer des contrôles durant les deux jours de ce rassemblement. C'est ainsi que 473 contraventions de 135 € chacune ont été dressées pour non respect de l'arrêté préfectoral ainsi que 173 verbalisations pour des véhicules mal stationnés.

En outre, deux camions de 19 tonnes ont été saisis : ils transportaient du matériel de sonorisation et un groupe électrogène et deux personnes ont été interpellées et placées en garde à vue pour outrage et rébellion.


              
infoNormandie



























Qui sont les quinze députés élus en Seine-Maritime et dans l'Eure. Ils sont ici




















Recherche sur Google